En Russie, Chechourino, symbole des villages pauvres coupés de l’accès aux soins  Abonné

Publié le 16/07/2015

Crédit photo : AFP

Plus de 70 ans après sa naissance dans le petit village de Chechourino, à une demi-journée de voiture de Moscou, Guennadi Vinogradov ne demande plus qu’une chose : pouvoir mourir chez lui dans la dignité. Mais en raison de la crise, les autorités russes ont arrêté de financer la clinique de son village, qui est la seule à des kilomètres à la ronde et est désormais promise à une fermeture inéluctable, au grand désarroi de Guennadi et de ses voisins. « S’ils ferment la clinique, ce sera une catastrophe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte