Dr Patrick Bouet (CNOM) : « Si le Ségur de la santé échoue, on sera au-devant d'une crise majeure »  Abonné

Par
Cyrille Dupuis -
Publié le 23/06/2020

Un mois après l'ouverture du Ségur de la santé, le président de l'Ordre des médecins sonne l'alerte. Un « échec » serait « dramatique ». Regrettant une première phase trop « hospitalo-centrée », le généraliste fixe les priorités. Au menu : investissement dans la santé, fixation de rémunérations à la hauteur, coopérations territoriales et nouvelle démocratie sanitaire… Et surtout pas de modèle d'organisation unique !

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

LE QUOTIDIEN : Le Ségur de la santé a démarré il y a un mois. Une impatience croissante s’exprime chez les soignants, la méthode est critiquée. Êtes-vous inquiet ?

Dr PATRICK BOUET : Soyons objectifs : nous avions réclamé un Grenelle de la santé, je ne vais pas bouder le Ségur ! Cela permet de rassembler tous les acteurs pour faire autre chose, c'est-à-dire lancer enfin une réforme de fond du système de santé et non pas se contenter d'ajouts au cadre existant. C'est un enjeu majeur qui n'avait pas été perçu par Agnès Buzyn.  

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte