Couple, relation médecin/patient, distinction social/médical

Comment l'autoconservation ovocytaire bouscule nos normes historiques  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 01/12/2016
ovocytes

ovocytes
Crédit photo : PHANIE

« L'autoconservation ovocytaire pour raisons dites sociétales ou d'âge est-elle une bonne idée au plan éthique ? » s'est interrogé le centre d'éthique clinique (CEC) de l'hôpital Cochin, lors d'un colloque fin novembre.

Une question pressante, eu égard aux évolutions techniques (généralisation de la vitrification ovocytaire) et législatives (un décret de 2015 permet à un donneur de gamètes - notamment nullipare - d'en conserver une partie pour soi) - sans oublier la possibilité d'y accéder à l'étranger.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte