Implants mammaires texturés : un débat d’experts s’ouvre à l’ANSM

Par Elsa Bellanger
Publié le 07/02/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
prothese mammaire

prothese mammaire
Crédit photo : S. Toubon

Alors que plusieurs plaintes pour « mise en danger de la vie d’autrui » ont été déposées, hier et ce jour, à Paris et à Marseille, par des femmes portant des implants mammaires de la marque Allergan, l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) réunit aujourd’hui et demain un comité scientifique spécialisé temporaire (CSST), chargé « d’émettre un avis sur la place et l’utilisation des implants mammaires texturés en chirurgie esthétique et reconstructrice », indique l’ANSM.

Un risque de lymphome anaplasique à grandes cellules

L’affaire a débuté avec le scandale des prothèses PIP, en 2010, qui a dévoilé le risque de lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) lié à la pose d’implants mammaires, notamment texturés. Sur les 500 000 femmes porteuses d'implants en France, 53 cas de LAGC ont été recensés depuis 2011, concernant essentiellement des implants à enveloppe texturée. C’est dans ce contexte que l’ANSM réalise une série d’auditions des parties prenantes et examine les contributions écrites reçues après un appel lancé en novembre dernier. Dans le même temps, l’institution préconisait un recours aux implants mammaires à enveloppe lisse, dans l’attente des conclusions de ces travaux.

Le comité, dont les travaux sont retransmis en direct, est « composé d’une sociologue, d’une psychologue, de représentants d’associations de patientes et de médecins spécialistes en chirurgie plastique, en médecine générale et en gynécologie », précise l’Agence dans un communiqué. Pendant deux jours, il se penchera sur les « retours d’expérience personnelle » recueillis et étudiera « l’intérêt de la pose d’implants mammaires texturés » en chirurgie esthétique et en reconstruction, mais aussi « les alternatives », poursuit l’ANSM. Le comité rendra ensuite un avis « dans les jours qui suivent les auditions ». C’est enfin « sur la base de cet avis » que l’ANSM « prendra une décision dans les semaines suivantes sur l’utilisation des implants mammaires à enveloppe texturée en chirurgie esthétique et reconstructrice ».


Source : lequotidiendumedecin.fr