Les bonnes et les moins bonnes surprises de l’étude Fécond

La crise de la pilule a précarisé les femmes défavorisées  Abonné

Publié le 15/05/2014
1400116380521985_IMG_129515_HR.jpg

1400116380521985_IMG_129515_HR.jpg
Crédit photo : MediaforMedical

On aurait pu craindre un recul de la contraception. Selon l’enquête Fécond (Inserm/Ined) réactualisée en 2013 à la demande expresse du ministère de la Santé, financée par l’Inpes et réalisée par téléphone chez 4453 femmes et 1587 hommes, la crise médiatique autour du risque de thrombose des pilules de dernière génération s’est traduit différemment.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte