Tribune libre

Le charme discret de la clinique  Abonné

Publié le 18/05/2017

« Tout commence et tout finit par la clinique. » Cet aphorisme qui, pour d'aucuns, appartiendrait à la médecine d'hier, reste d'une parfaite d'actualité : la clinique – de l'écoute et l'observation directe de la personne au « procès-verbal » de ses signes fonctionnels, généraux et physiques, de son histoire personnelle et familiale, aux déductions diagnostiques et thérapeutiques, et/ou à la recommandation d'investigations – représente encore, en effet, l'essentiel de l'exercice quotidien des quelque 89 000 médecins généralistes et de bon nombre des 110 000 autres spécialistes en activité ré

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte