Projet VolatolHom à l'hôpital Foch

L'air expiré, une mine potentielle de biomarqueurs non invasifs

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 28/02/2019
volatolhom

volatolhom
Crédit photo : Hopital Foch

Avec leur flair, les chiens du projet K-Dog à l'Institut Curie sont capables de détecter un cancer du sein à partir de lingettes imprégnées de sueur. Est-il possible d'utiliser plus largement les odeurs en médecine comme biomarqueurs diagnostiques et pronostiques ?

C'est le pari que fait l'équipe du Pr Philippe Devillier à l'hôpital Foch (Suresnes) à travers le projet VolatolHom avec les composés volatiles de l'air expiré (ou VOCs pour volatile organic coumpounds), le volatolome, en faisant souffler les patients dans des nez électroniques.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?