Projet VolatolHom à l'hôpital Foch

L'air expiré, une mine potentielle de biomarqueurs non invasifs

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 28/02/2019
volatolhom

volatolhom
Crédit photo : Hopital Foch

Avec leur flair, les chiens du projet K-Dog à l'Institut Curie sont capables de détecter un cancer du sein à partir de lingettes imprégnées de sueur. Est-il possible d'utiliser plus largement les odeurs en médecine comme biomarqueurs diagnostiques et pronostiques ?

C'est le pari que fait l'équipe du Pr Philippe Devillier à l'hôpital Foch (Suresnes) à travers le projet VolatolHom avec les composés volatiles de l'air expiré (ou VOCs pour volatile organic coumpounds), le volatolome, en faisant souffler les patients dans des nez électroniques.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)