Baclofène : recours auprès du Conseil d'État des associations contre la décision de l'ANSM réduire les doses maximales
Brève

Baclofène : recours auprès du Conseil d'État des associations contre la décision de l'ANSM réduire les doses maximales

Damien Coulomb
| 01.02.2018
  • BACLOFENE

    Baclofène : recours auprès du Conseil d'État des associations contre la décision de l'ANSM réduire les dose...

Les associations de patients ont déposé jeudi 25 janvier, devant le Conseil d'État, un recours en annulation et un référé suspension à l'encontre de la décision de l'Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) de limiter à 80 mg/j la posologie maximale de baclofène prescrite aux patients dépendants à l'alcool dans le cadre de la recommandation temporaire d'utilisation (RTU).

Originellement, le collectif Baclohelp comptait déposer un recours en annulation devant le tribunal administratif de Montreuil. « Nous avons choisi de déposer directement devant le Conseil d'État pour gagner du temps », explique au « Quotidien » Thomas Maës-Martin, coordonnateur du collectif Baclohelp. Dans le recours et le référé, consulté par « le Quotidien », les plaignants soutiennent l'existence d'une atteinte grave et immédiate à la santé publique et l'existence d'un triple vice de procédure dont celui de l'obligation de procéder à une évaluation du rapport bénéfice-risque avant toute modification de RTU. Ils reprochent également une « erreur manifeste d'appréciation du risque eût égard aux données scientifiques acquises de la science », et une « erreur manifeste d'appréciation du rapport bénéfice-risque ».

Plusieurs scénarios sont désormais possibles : le juge des référés peut rejeter la demande dans les prochains jours, notamment s’il considère qu’il n’y a pas d’urgence. Il peut également communiquer la requête du collectif à l’ANSM et au ministre, en leur donnant quelques jours pour déposer des écritures en défense. Enfin, il est également possible qu'une audience soit organisée d'ici une ou deux semaines. « Selon les options, la procédure prendra donc entre quinze jours et un mois », précise Thomas Maës-Martin.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter