Six ans de prison pour avoir sciemment transmis le VIH à sa compagne
Brève

Six ans de prison pour avoir sciemment transmis le VIH à sa compagne

19.10.2017

Un homme de 54 ans qui se savait porteur du VIH a été condamné mercredi 18 octobre à six ans de prison ferme par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis pour avoir contaminé sa conjointe, également mère de ses deux enfants.

L'homme était accusé d'avoir « volontairement administré des substances nuisibles ayant entraîné une infirmité permanente » de sa compagne, aujourd'hui âgée de 37 ans. Tous les deux d'origine congolaise vivaient en concubinage et étaient même mariés religieusement, entre 2005 et 2010, à Saint-Ouen.

Des faits passibles de 15 ans de réclusion, pour lesquels l'avocate générale avait requis six ans de prison, soit la peine finalement infligée par la cour. 

La victime avait découvert sa séropositivité en 2009, après la naissance des deux garçons du couple, non séropositifs. Son conjoint lui avait alors révélé qu'il était lui aussi porteur du virus mais il avait fallu qu'elle fouille dans ses affaires pour apprendre qu'il avait été diagnostiqué dès 1996. 

« J'avais peur de la perdre », a expliqué l'accusé pour justifier pourquoi il avait menti prenant ses médicaments en cachette. « Il ne s'agit pas que de l'affaire d'un couple » mais d'une « bombe d'irresponsabilité humaine qui met en danger les femmes qu'il rencontre », a fustigé l'avocate générale, évoquant de « multiples relations sexuelles non protégées ». Le procès a révélé que l'accusé avait eu un fils avec une femme rencontrée à la même période et qu'il ne s'était jamais préoccupé de leur santé. « Combien y a-t-il eu de victimes ? Combien y en aura-t-il encore avant qu'il comprenne la portée de ses actes ? », s'est interrogée la représentante du parquet général. 

Plusieurs affaires de contamination par le VIH ont été jugées, en France. En décembre 2016, un homme a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Gard pour avoir transmis le VIH à sa compagne, lorsque celle-ci avait 16 ans.

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Docteur bobo Médecin ou Interne 20.10.2017 à 18h14

Je ne suis malheureusement plus surpris de rien...

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 20.10.2017 à 09h45

Cela ressemble plus à une tentative d'homicide, ou un homicide par imprudence; la Cour n'est pas méchante.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 9

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 14

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter