Tabac dans les lycées : Matignon ferme sur l'interdiction de zones fumeurs
Brève

Tabac dans les lycées : Matignon ferme sur l'interdiction de zones fumeurs

Coline Garré
| 05.09.2017

Matignon reste ferme sur l'interdiction de fumer dans l'enceinte des collèges et lycées. « À l'heure où le gouvernement va engager une campagne de lutte contre le tabagisme, et alors que la sécurité aux abords des établissements a été renforcée dans le cadre de la nouvelle posture Vigipirate Attentats, il n'est pas question d'affaiblir le décret du 15 novembre 2006 qui interdit de fumer à l'intérieur des établissements », a indiqué Matignon ce 4 septembre, à l'issue d'une réunion entre Édouard Philippe, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

Le ministre de l'Éducation nationale avait soulevé la question des pauses cigarettes pendant les récréations la semaine dernière, susceptibles de provoquer des attroupements devant les établissements, un débat qui revient régulièrement depuis les attentats de 2015. 

La fermeté de Matignon a été saluée par l'Alliance contre le tabac qui regroupe vingt-cinq associations (Ligue contre le cancer, Fédération française de cardiologie, Fondation du souffle, Comité national contre le tabagisme, Droit des non-fumeurs...) et s'était déjà opposé l'an passé à d'éventuelles zones fumeurs par la voix de sa présidente Michèle Delaunay. « Le maintien de l'interdiction de fumer est une très bonne chose, on s'en félicite », a réagi Clémence Cagnat-Lardeau, sa directrice. « Protéger les enfants dans les établissements scolaires est la condition sine qua non de l'émergence des générations sans tabac. Cela permet aussi de contrer la stratégie de l'industrie de recrutement des fumeurs », a dit Clémence Cagnat-Lardeau, rappelant que 200 000 jeunes Français entraient dans l'addiction tabagique chaque année. 

Depuis deux ans, 1 795 communes ou établissements privés (écoles, collèges, lycées) ont bénéficié de crédits de l'État pour renforcer la sécurisation de leurs locaux.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
jean pierre t Médecin ou Interne 07.09.2017 à 09h39

il s’agit d"une mesure de santé publique. Ils risquent plus de périr d'un cancer induit par le fait de fumer que d'attentat extrémiste. Oui au maintien de l'interdiction de fumer dans Lire la suite

Répondre
 
Francis V Médecin ou Interne 06.09.2017 à 09h22

Avez-vous des enfants ?
Est-ce du second degré ?

Répondre
 
Marie/médecin Médecin ou Interne 06.09.2017 à 00h16

Qu'est-ce que ces petits merdeux ont besoin de fumer ? Oui au maintien de l'interdiction de fumer dans l'établissement, et une amende aux parents dont les petits cocos fument devant le "bahut"( le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mort inattendue du nourrisson et plagiocéphalie : le couchage sur le dos est impératif, alertent les spécialistes lyonnais

nourrisson

À l'occasion de la Semaine de prévention de la mort inattendue du nourrisson (19 au 23 septembre), les pédiatres, neurochirurgiens et chirur... Commenter

Retrait du marché des implants Essure, les patientes tentent une action de groupe avant la fin du mois

implant Essure

Plus d'un mois après la perte temporaire de son marquage CE, sur décision de l'organisme notifié irlandais NSAI, l'implant de contraception... Commenter

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

PILULE

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter