État d'urgence dans les lycées : le tabac de la discorde entre les ministres de la Santé et de l'Éducation

État d'urgence dans les lycées : le tabac de la discorde entre les ministres de la Santé et de l'Éducation

Damien Coulomb
| 05.02.2016
  • LYCEE

Les consignes des ministères de l'Éducation et de la Santé seraient fortement divergentes en ce qui concerne le droit des lycéens à fumer dans les établissements scolaires, selon le syndicat des proviseurs SNPDEN-Unsa qui a écrit au Premier ministre Manuel Valls fin janvier pour se plaindre des « divergences d'appréciation » entre les deux ministères.

Après les attentats du 13 novembre, l'organisation avait « signalé au ministère de l'Éducation le risque » que présentaient les élèves rassemblés devant les établissements pour fumer. « Le ministère nous avait entendus et nous a alloué une marge de manœuvre », a expliqué à l'AFP le secrétaire général du SNPDEN-Unsa, Philippe Tournier.

Le ministère de la Santé avait, pour sa part, protesté dans une lettre datée du 31 décembre et reçu mi janvier, disant que les chefs d'établissement enfreignaient la loi. La ministre a rapidement été rejointe par l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) qui rappelle que l'autorisation accordée par certains directeurs d'établissement viole « directement la réglementation en vigueur qui interdit totalement aux élèves et aux personnels de fumer dans l'enceinte des établissements et d'aménager des espaces réservés aux fumeurs, y compris dans les espaces non couverts ».

L'ANPAA demande une concertation

L'ANPAA rappelle que la prévalence du tabagisme chez les jeunes est suffisamment forte : « 44 % des jeunes de 17 ans déclarent avoir fumé dans le mois précédent et 32,5 % fument déjà régulièrement, selon l'enquête ESCAPAD ».

Pour les addictologues, « l'état d'urgence ne doit pas constituer une opportunité pour écorner une mesure majeure de la lutte contre le tabagisme [...] Les directeurs d'établissement doivent assumer pleinement leur responsabilité éducative en matière de santé et leur part d'une politique de long terme pour le bénéfice des élèves. »

L'ANPAA demande par ailleurs à Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation nationale, d'organiser rapidement « une réunion de concertation » avec l'ensemble des associations de lutte contre les addictions, les proviseurs, le ministère de la Santé et la MILDECA.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Alzheimer : les thérapies non médicamenteuses personnalisées font leurs preuves

Abonné
BAUTRAN

Le déremboursement des médicaments anti-Alzheimer annoncé fin mai 2018 (en vigueur depuis le 1er août) met sur le devant de la scène les... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter