Qui pour gèrer la santé des soignants ? - Par manque de temps, les praticiens français se choisissent comme médecin traitant

Qui pour gèrer la santé des soignants ?Par manque de temps, les praticiens français se choisissent comme médecin traitant

05.11.2018
À l’occasion de sa thèse en médecine générale, le Dr Élise Dal Soglio a interrogé 400 médecins sur leur recours à un médecin traitant pour eux-mêmes. Plus de la moitié d’entre eux se déclarent leur propre médecin traitant et parmi les raisons qui les ont incités à ne pas avoir recours à un confrère, le manque de temps est principalement mis en avant, mais aussi la crainte du non respect du secret médical. Ce qu’ils cherchent chez un médecin traitant c’est avant tout la disponibilité et la possibilité de discussion constructive.
  • sante medecins

Depuis 2004, les Français doivent déclarer un médecin traitant auprès des autorités sanitaires. Celui-ci a pour mission la prise en charge globale, la coordination des soins, la continuité des soins, le premier recours, le dépistage, la prévention… Les médecins français devraient - eux aussi comme leurs concitoyens - déclarer un médecin de premier recours. En 2010, selon une étude de la DREES, ils étaient 84 % à s’être choisis eux-mêmes comme médecin traitant.

C’est cet état des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Médecin
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter