Pénurie de médecins : la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Pénurie de médecins : la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Pascal Thomeret
| 21.09.2018
  • Shanghai

La Chine, comme la plupart des pays occidentaux, mise sur l'intelligence artificielle et le « big data » pour tenter de résoudre une pénurie grandissante de médecins. On compte dans l'Empire du Milieu seulement 12 millions de professionnels de santé pour environ 1,4 milliard d'habitants.

Âgé de 64 ans, Qu Jianguo, ex-employé du secteur informatique teste et glisse son poignet dans un gros bracelet métallique posé sur une table. Deux minutes plus tard, il reçoit sur son smartphone une analyse médicale complète établie à partir de ses battements de cœur. Et cela sans la présence du moindre médecin. 

Conçu par l'entreprise Ping An Good Doctor, l'appareil a été l'une des attractions de l'Exposition mondiale sur l'intelligence artificielle qui a réuni à Shanghai les poids lourds de l'intelligence artificielle et qui s'est achevée ce 19 septembre. Un événement organisé à l'heure où la Chine espère prendre la tête des technologies de pointe dans le domaine médical. La société, cotée à Hong Kong, est avec ses 228 millions d'inscrits et ses 500 000 demandes de consultations l'une des plus importantes plateformes chinoises de soins médicaux en ligne.

Reste à convaincre les patients

Interventions chirurgicales avec robots ou encore assistance à la conception de nouveaux médicaments, « big data » et intelligence artificielle peuvent « sans aucun doute aider à résoudre le problème de la pénurie de médecins et les décharger des gestes banals, simples et répétitifs », souligne Liu Kang, ex-médecin de l'hôpital Xiehe, à Pékin. Ils permettent notamment aux patients des petites villes d'avoir accès à des services médicaux se rapprochant de ceux des grandes métropoles bien que la Chine soit encore « dans une phase de rattrapage dans ce domaine », concède Liu Kang.

Pour Frang Qu, directeur technique de Proxima, une entreprise spécialisée dans les diagnostics d'imagerie médicale, ces nouvelles applications « imitent et reproduisent les techniques des médecins qualifiés, ceux des meilleurs hôpitaux, et nous les diffusons dans les localités plus petites », éloignées.

Reste à convaincre les patients de l'intérêt de cette révolution. Tel Qu Jianguo, le retraité qui a testé l'appareil de prise de pouls pour « voir comment la médecine traditionnelle chinoise peut fonctionner sans médecin » et qui aimerait avoir en face de lui un « vrai docteur » pour lui expliquer ses résultats. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

« Sans soignant, point de soins et point de recette ! » : le cri d'alarme des médecins de l'hôpital de Chalon-sur-Saône

Plus de 130 médecins du centre hospitalier William-Morey de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ont lancé fin septembre une lettre ouverte... Commenter

Lucie Garcin, nouvelle présidente des internes de l'ISNAR-IMG

Lucie Garcin

L'InterSyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) change de tête. Lucie Garcin, 25 ans,... Commenter

8 000 euros brut par mois pour 35 heures, le super salaire d'une commune de la Sarthe à son futur médecin

Marolles les Braults

Au cœur de la Sarthe, Marolles-les-Braults, une petite commune de 2 300 habitants, met le paquet pour trouver deux médecins généralistes.... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter