Pour trois quarts des médecins, la téléconsultation fera partie du quotidien en 2030

Pour trois quarts des médecins, la téléconsultation fera partie du quotidien en 2030

Anne Bayle-Iniguez
| 14.09.2018
  • teleconsult

73 % des médecins estiment que la télémédecine, généralisée à partir de ce samedi, fera partie de leur quotidien professionnel en 2030 (tout comme la consultation présentielle classique). C'est l'enseignement majeur d'une étude de la MACSF, élaborée à partir d'un questionnaire adressé en mai 2018 à 8 000 médecins sociétaires, de toutes spécialités et statut (hospitalier, salarié, libéral, interne). 

Un médecin sur deux pense que les robots et l’intelligence artificielle (IA) seront également monnaie courante dans une dizaine d'années. Parmi eux, sept sur dix considèrent que l’IA les aidera pour réaliser des actions longues et répétitives à leur place (et leur permettra moins d’erreurs). 

52 % des praticiens considèrent qu'en 2030, les traitements seront personnalisés en fonction de l’ADN des patients. En revanche,  la médecine prédictive sera fiable à 100 % pour... seulement 13 % des médecins interrogés. Dans le détail, 49 % des médecins libéraux pensent que « prédire permettra de guérir ». Les jeunes sont plus sceptiques : seuls  29 % des internes partagent cet avis.

Risque de déshumanisation du soin

En dégageant du temps médical, l'IA et les robots rapprocheront-ils le médecin du patient ? Les praticiens ne formulent pas une opinion tranchée sur le sujet  : 45 % d'entre eux pensent que les innovations technologiques permettront d’avoir davantage de temps pour le patient et pour la formation. Mais moins d'un professionnel sur dix estime que ces innovations permettront aux patients d’avoir plus de considération pour le corps médical. En cause : le risque de « déshumanisation du soin » qui reste la crainte principale de 73 % des médecins, dont 82 % des généralistes.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev hopital
Focus

Comment concilier deux mondes que tout oppose ? Abonné

Miroir des  crispations du secteur hospitalier dans un contexte budgétaire tendu, la relation entre le directeur d'établissement et le praticien est loin d'être idyllique. Au-delà des impératifs financiers et des contraintes administratives, c'est la gouvernance hospitalière qui est à revoir. La loi de santé pourrait changer la donne. 1

Comment le cerveau participe au cancer

cancer prostate

Des neurones, qui se développent au sein même de la tumeur, contribuent au développement du cancer, révèle dans « Nature » une étude... 1

Projet d'avis de la HAS : l'étau se resserre sur l'homéopathie, Boiron prépare sa riposte

homeopathie

Chargée d'évaluer le bénéfice médical des médicaments homéopathiques depuis plusieurs mois, la commission de transparence (CT) de la Haute... Commenter

Dr Marcellin Meunier, médecin en EHPAD : « Depuis des mois et des années, je vois des agents pleurer à chaque pause »

MEUNIER EHPAD

Médecin coordonnateur de l’EHPAD de Notre-Dame-de-Monts (Vendée), le Dr Marcellin Meunier, 55 ans,dénonce le sous-effectif qui touche son... 22

Live chat du « Quotidien »Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)

Live chat du « Quotidien » - Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)-0

Numerus clausus, bourses anti-déserts, recertification… Qu’est-ce qui va changer pour les médecins après l’adoption de la loi relative à... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter