Rendez-vous médicaux en ligne : Doctolib rachète son concurrent MonDocteur

Rendez-vous médicaux en ligne : Doctolib rachète son concurrent MonDocteur

Sophie Martos
| 12.07.2018
  • doctolib mon docteur

    Rendez-vous médicaux en ligne : Doctolib rachète son concurrent MonDocteur

La plateforme de prise de rendez-vous médicaux en ligne Doctolib a annoncé ce jeudi le rachat de son principal concurrent MonDocteur au groupe Lagardère. 

« Avec 55 000 praticiens utilisateurs et 20 millions de visites de patients chaque mois », l'ensemble formé par Doctolib et MonDocteur « fournit désormais le service de prise de rendez-vous médicaux en ligne le plus utilisé au monde », a indiqué Doctolib dans un communiqué.

Le nouvel ensemble emploiera 600 salariés, dont 450 venants de Doctolib et 150 de MonDocteur. Il prévoit d'employer 1 000 salariés d'ici deux ans. Selon une source proche du dossier, MonDocteur aurait été cédée à Doctolib pour près de 45 millions d'euros.

Doctolib et MonDocteur vendent aux professionnels de santé, indépendants ou dans les hôpitaux, un logiciel de gestion d'agenda, qui permet notamment aux patients de prendre rendez-vous en ligne. Le service fonctionne par abonnement, pour un prix de 109 euros TTC mensuel pour Doctolib.

L'entreprise promet aux praticiens qui utilisent son service une réduction de 30 % de leur temps de secrétariat, et de 75 % du taux de non-présentation des patients, grâce notamment aux SMS de rappel de rendez-vous envoyés automatiquement.

Doctolib est majoritairement contrôlé par ses fondateurs, dont le président Stanislas Niox-Chateau, et son équipe dirigeante. Eurazeo et Bpifrance notamment figurent également au capital, tout comme le fonds international de capital-risque Accel.

« Il y aura deux sites, deux marques et deux logiciels de gestion. Mais d'ici à la fin d'année on va aller vers une marque et une solution communes », précise Stanislas Niox-Chateau au « Quotidien ». 

Concentration du marché

Avec près de 500 000 professionnels de santé recensés dont plus de 250 000 médecins, ce marché à fort potentiel est devenu concurrentiel. Depuis 2013, les noms de domaine ont fleuri dans le champ de la réservation en ligne et de la gestion des agendas professionnels. Doctolib et MonDocteur étant numéro 1 et 2 Français, ce rachat soulève quelques questions et beaucoup d'inquiétudes de la part des autres acteurs des rendez-vous médicaux en ligne, qui redoutent une perte de visibilité.

Stanislas Niox-Chateau précise ne pas remplir les conditions pour être soumis à un avis de l'Autorité de la concurrence : « Il n'y a aucuns enjeux concurrentiels car nous travaillons avec 10 % des praticiens, il y a une dizaine de concurrents et les sociétés sont encore trop "petites". »

La loi exige des entreprises qu'elles notifient une opération commerciale dès lors que le chiffre d'affaires total mondial de l'ensemble des entreprises parties est supérieur à 150 millions d'euros et que le chiffre d'affaires total réalisé en France par au moins deux des entreprises concernées est supérieur à 50 millions d'euros. L'Autorité de la concurrence peut autoriser sous conditions ou interdire l'opération si elle estime qu'elle nuira au secteur.

Doctissimo en vente

La vente de MonDocteur entre dans une stratégie plus large du groupe Lagardère qui a décidé de recentrer son activité sur l'édition et la distribution dans les lieux de transport. Le groupe a annoncé la vente de son pôle « e-santé » qui comprend le site Doctissimo en plus de MonDocteur, dont il évalue la valeur totale à 60 millions d'euros.

En novembre 2017, Doctolib a levé 35 millions d'euros après un premier tour de table de 26 millions en janvier de la même année.

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev hopital
Focus

Comment concilier deux mondes que tout oppose ? Abonné

Miroir des  crispations du secteur hospitalier dans un contexte budgétaire tendu, la relation entre le directeur d'établissement et le praticien est loin d'être idyllique. Au-delà des impératifs financiers et des contraintes administratives, c'est la gouvernance hospitalière qui est à revoir. La loi de santé pourrait changer la donne. 1

Comment le cerveau participe au cancer

cancer prostate

Des neurones, qui se développent au sein même de la tumeur, contribuent au développement du cancer, révèle dans « Nature » une étude... 1

Projet d'avis de la HAS : l'étau se resserre sur l'homéopathie, Boiron prépare sa riposte

homeopathie

Chargée d'évaluer le bénéfice médical des médicaments homéopathiques depuis plusieurs mois, la commission de transparence (CT) de la Haute... Commenter

Dr Marcellin Meunier, médecin en EHPAD : « Depuis des mois et des années, je vois des agents pleurer à chaque pause »

MEUNIER EHPAD

Médecin coordonnateur de l’EHPAD de Notre-Dame-de-Monts (Vendée), le Dr Marcellin Meunier, 55 ans,dénonce le sous-effectif qui touche son... 22

Live chat du « Quotidien »Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)

Live chat du « Quotidien » - Loi de santé : posez vos questions au Dr Thomas Mesnier (rapporteur LREM)-0

Numerus clausus, bourses anti-déserts, recertification… Qu’est-ce qui va changer pour les médecins après l’adoption de la loi relative à... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter