Accréditation en équipe, formation homogène, certification qualité : ce que proposent les urgentistes pour améliorer la régulation médicale

Accréditation en équipe, formation homogène, certification qualité : ce que proposent les urgentistes pour améliorer la régulation médicale

Martin Dumas Primbault
| 03.07.2018
  • samu

Mieux organiser la formation des assistants de régulation médicale (ARM) ainsi que faire certifier les centres d'appel du SAMU par la Haute Autorité de santé (HAS) et une norme internationale de management : telles sont les grandes propositions rendues ce lundi par les organisations d'urgentistes à la ministre de la Santé.

En mai dernier, à la suite de la médiatisation de l'affaire Naomi Musenga – la jeune femme décédée après un appel traité avec mépris par une opératrice du SAMU –, Agnès Buzyn réunissait les urgentistes et leur demandait une feuille de route pour améliorer le système de régulation. Celle-ci lui a été rendue ce lundi 2 juillet.

 

Mieux organiser la formation

Le premier volet de ces propositions concerne la formation des médecins régulateurs du SAMU et des ARM.

Côté praticiens, il est prévu de maintenir les diplômes universitaires (DU) existants et d'intégrer la régulation médicale aux orientations nationales du développement professionnel continu (DPC).

Côté ARM, il est recommandé que le métier soit reconnu comme profession de santé. Le document, signé par six organisations professionnelles et syndicales du secteur, suggère la création d'un diplôme d'état permettant l'inscription de la discipline au code de la santé publique.

La formation doit être d’un à deux ans, dans le cadre du DU de régulation médicale existant ou par le biais d'instituts de formation des ARM qu'il reste à créer. Cinq ou six structures pourraient à former 200 ARM par an. Au final, la formation doit être sanctionnée par une série d'évaluations permettant de « vérifier les capacités d'adaptation, de réactivité, de fidélité de transmission et d'appréhension de la globalité d'une situation d'urgence ».

Le Centre national de l'urgence hospitalière (CNUH), la Société française de médecine d'urgence (SFMU) et SAMU-Urgences de France (SUDF) ont également remis à la ministre un second document consacré à l'amélioration de la politique qualité des centres de régulation.

L'objectif est d'une part de faire certifier les plateformes 15 selon une « norme internationale indiscutable » de management (ISO 9001), à échéance « raisonnable » de 18 à 24 mois. Cette certification « n'est pas redondance avec une politique d'assurance qualité médicale basée sur les événements indésirables graves, détaillent les urgentistes. Elle doit y être associée ». 

D'autre part, les urgentistes proposent de sécuriser la régulation médicale par l'élaboration d'un référentiel de spécialité et la mise en place du principe d'accréditation en équipe (médecins régulateurs, paramédicaux et ARM) en mobilisant un outil prévu par la Haute Autorité de santé (le programme PACTE) pour aider les hospitaliers à perfectionner leurs pratiques collectives et améliorer la prise en charge des patients.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
lead
Focus

Hôpitaux, médecins et industriels mécontents Abonné

ONDAM inéquitable, manque de visibilité sur les financements et les tarifs : les mécanismes de régulation du système de santé ont trouvé leurs limites. Des réformes se préparent. 1

Cancer : l'immunothérapie entraîne une réponse durable chez de nombreux patients

immunotherapie

L'immunothérapie permet d'obtenir une réponse durable chez 2,3 fois plus de patients que les autres thérapies comme la chimiothérapie.... Commenter

Éliminer le cancer du col de l'utérus, un objectif atteignable d'ici 25 à 50 ans dans les pays développés

HPV

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à agir en 2018 pour éliminer le... 5

Report de la réforme des études médicales : pour l'instant il n'en est pas question, assure l'ANEMF

ecn

Les propos sur un possible report d'un an de la réforme des ECN, tenus mardi par Frédérique Vidal aux Contrepoints de la santé, ne sont pas... Commenter

« On peut être libéral et payé au forfait » : face aux sénateurs, Jean-Marc Aubert défend la réforme de la rémunération

aubert

Entendu ce mercredi matin devant la commission des affaires sociales du Sénat, le directeur de la DREES (ministère), Jean-Marc Aubert,... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter