ECNi : les pistes pour en finir dès 2023

ECNi : les pistes pour en finir dès 2023

Sophie Martos
| 05.06.2018
  • ecni

    ECNi : les pistes pour en finir dès 2023

Missionnés par le gouvernement après le fiasco des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) 2017, Quentin Hennion-Imbault, ancien membre de l'ANEMF, et le Pr Jean-Luc Dubois-Randé, ex-président de la conférence des doyens, recommandent une refonte totale du second cycle des études et la suppression des épreuves classantes nationales (ECN) dès 2023, révèle leur rapport définitif.

Le document d'une centaine de pages détaille 13 mesures visant à rendre le second cycle plus professionnalisant. Mais la piste emblématique reste la disparition des ECN sous leur forme actuelle au profit d'une régulation en « matching » (également appelée appariement étudiant-poste) inspirée des systèmes canadiens et américains.

« Les ECNi sont collectivement décriées aussi bien par les étudiants que par les enseignants et les professionnels », lit-on dans le document. Le dispositif est à bout de souffle. « Les ECNi écrasent les emplois du temps, les étudiants révisent plus qu'ils ne sont en stage », a expliqué Quentin Hennion-Imbault lors de la présentation du rapport à la Paris Healthcare Week à Paris.

Vœux et scores

Le nouveau schéma permettrait de rapprocher un étudiant d'un poste de l'internat grâce à un score défini par trois critères, comme l'avait déjà confié le Pr Dubois-Randé au « Quotidien » en décembre. Les connaissances théoriques, les compétences cliniques et relationnelles et le projet professionnel de l'étudiant reflété par son parcours « témoignant de ses affinités avec telle ou telle spécialité, tel ou tel territoire, tel ou tel mode d'exercice et valorisant ses initiatives », précisent les auteurs.

Les étudiants formuleront plusieurs vœux en sixième année pour candidater aux postes de l'internat ouverts. « Un classement est édité pour chaque poste (selon les pondérations qui lui sont propres) et un algorithme permet la répartition des étudiants sur les postes en fonction de l'adéquation entre les profils et les postes », lit-on.

Suppression progressive en 5 ans

Des mesures transitoires sont prévues. Dès la prochaine rentrée, les étudiants de l'externat prendront connaissance des nouvelles modalités et verront le certificat de compétences cliniques (CCC) harmonisé. Des stages de découverte et de sémiologie seront introduits dès le premier cycle.

En 2019, le référentiel des connaissances théoriques devra avoir été revu et être moins volumineux. Les externes (4e et 5e année) devront avoir des stages plus diversifiés. Des examens sur table se dérouleront en 5e année en deux temps – un examen basé sur les connaissances incontournables et un autre plus spécialisé.

En 2020, le nouveau second cycle devra être opérationnel. Les étudiants entrant en 4e année seront évalués sur chaque critère (connaissances, compétences et parcours) et caractérisés par des scores. À l’issue de cet externat nouvelle formule, en 2023, ils seront les premiers à expérimenter la plateforme de matching. Si la réforme est validée par la tutelle... 

Arbitrages attendus 

La suppression des ECNi s'inscrit dans une réforme plus large visant à remodeler le second cycle dans un sens plus professionnalisant. Plusieurs pistes ont déjà été avancées par l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) à l'automne 2017.

Les jeunes veulent des stages plus diversifiés en dehors de l'hôpital et dès le premier cycle (recommandations formulées dans le rapport). L'instauration de bilans d'orientation réguliers pour mieux construire leur projet professionnel est aussi évoquée. La sixième année fera peau neuve et se transformera en une année de stages cliniques permettant à l'étudiant de tester des spécialités dans lesquelles il souhaite s'orienter.

Les ministères n'ont pas encore donné suite au rapport. Interrogé par « le Quotidien » fin mai, l'ANEMF espère que des décisions seront communiquées « avant juillet »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 22

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter