Le bénéfice cardiovasculaire de la consommation de poissons gras confirmé

Le bénéfice cardiovasculaire de la consommation de poissons gras confirmé

Charlène Catalifaud
| 17.05.2018

Un avis de l’American Heart Association, publié dans « Circulation », confirme l'intérêt de consommer des poissons riches en oméga-3 une à deux fois par semaine afin de réduire le risque cardiovasculaire.

« Cet avis est cohérent avec les recommandations françaises », commente pour le « Quotidien » le Dr François Paillard du centre de prévention cardiovasculaire de l'hôpital Pontchaillou de Rennes. En effet, dans son avis relatif à l’actualisation des apports nutritionnels conseillés pour les acides gras de mars 2010, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES, alors AFSSA) conseille de consommer quotidiennement 500 mg d'oméga-3 à longue chaîne. « Cela équivaut à 2 à 3 repas de poissons gras par semaine, soit un peu plus que ce que cet avis préconise. Il s'agit d'un objectif idéal, mais pas facile à atteindre par tout le monde. Les recommandations américaines sont plus réalistes », estime le Dr Paillard.

Des bénéfices qui s'annulent pour les poissons frits

L'état des lieux de la littérature scientifique réalisé met en avant l'effet bénéfique des oméga-3 à longue chaîne que l'on trouve dans les produits de la mer tels que le saumon et le thon. En effet, la consommation de tels poissons est notamment associée à un risque réduit de décès cardiovasculaire, de coronaropathie et d'AVC ischémique.

Ces bénéfices sont d'autant plus importants lorsque la consommation de poissons se substitue à une mauvaise alimentation. Le fait de frire les poissons gras est déconseillé puisque cela apporte des graisses saturées ou trans qui annulent les effets positifs des oméga-3.

Les auteurs notent par ailleurs que certains types de poissons d'origine naturelle sont de potentielles sources de mercure, un métal lourd qui peut notamment avoir des effets neurotoxiques sur les fœtus. Toutefois, pour la quantité recommandée, le bénéfice cardiovasculaire des oméga-3 est largement supérieur au risque potentiel lié au mercure.

« L'ensemble des données synthétisées justifie la consommation d'un à deux repas de poisson par semaine à la fois en prévention primaire pour la population générale et en prévention secondaire pour les personnes ayant déjà eu un accident cardiovasculaire », résume le Dr Paillard. Une consommation plus importante n'a pas montré de plus grand bénéfice. Ces recommandations peuvent parfaitement s'intégrer dans les régimes conseillés pour la prévention cardiovasculaire, tels que le régime méditerranéen.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Avenant télémédecine : la FMF refuse de signer en l'état, le SML dit oui massivement

fmf convention

Alors que la CSMF consulte ses troupes ce samedi sur l'éventualité d'une signature à l'avenant conventionnel sur la télémédecine... 13

Rapport Mesnier : les médecins salariés jubilent, les jeunes généralistes grondent

mesnier

Rarement un rapport n'aura autant défrayé la chronique dans la communauté médicale. Le député et urgentiste Thomas Mesnier est depuis mardi... 4

Les carabins de l'ANEMF lancent une consultation sur le statut d'étudiant hospitalier

anemf

Dans la continuité du travail entamé sur le bien-être des étudiants, l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF)... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter