Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

Loan Tranthimy
| 17.11.2017
  • plfss senat

    Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

Une première ! Pas moins de 120 sénateurs centristes, communistes et LR ont déposé six amendements visant à contraindre l'installation des médecins dans les territoires dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 au Sénat. 

Ces sénateurs ont proposé à la ministre de la Santé trois solutions clés en main pour enrayer la désertification médicale : contraindre les jeunes médecins à s'installer dans les zones sous-dotées identifiées par les agences régionales de santé (ARS) « pour une durée au moins égale à deux ans », imposer le conventionnement sélectif dans les zones surdotées et expérimenter ce conventionnement sélectif. Le principe du « un départ pour une arrivée » a déjà fait l'objet d'âpres débats à l'Assemblée nationale.  

Pas un procès contre les médecins

Durant une heure, les sénateurs ont tenté de convaincre la ministre de la Santé d'adopter leurs amendements. « Il ne s'agit pas pour nous d'instruire un quelconque procès contre les médecins mais de faire le constat de l'insuffisance voire de l'échec des mesures incitatives au regard de la désertification médicale et de l'égalité d'accès des citoyens », a souligné Dominique Watrin, sénateur du Pas-de-Calais du groupe communiste républicain citoyen et écologiste. 

« Le système de régulation reposant sur le conventionnement sélectif existe déjà pour la plupart des professions de santé et a largement fait preuve de son efficacité », a renchéri Loïc Hervé, sénateur centriste de la Haute-Savoie. « Nous attendons bien sûr d'un plan intelligent du gouvernement qu'il donne de l'initiative aux territoires et permette des expérimentations. Cependant, je soutiendrai par principe cet amendement, quoique les mesures contraignantes ne soient pas efficaces. Essayons-les ! », a appuyé la sénatrice centriste de l'Orne, Nathalie Goulet. 

Une méthode « réfléchie » de régulation démographique

L'offensive des sénateurs s'est heurtée à un mur. Agnès Buzyn a fermement défendu son plan d'accès aux soins et s'est opposée à toute hausse du numerus clausus en 2018. « Nous aurons en 2030 exactement l'inverse de ce que nous connaissons aujourd'hui, une catastrophe dans l'autre sens. Et il nous faudrait alors un ONDAM [dépenses de santé, NDLR] à 7 % et pas à 2,3 % comme aujourd'hui », a-t-elle averti. La ministre de la Santé prône une méthode « réfléchie » pour réguler les zones surdenses. Celle-ci passe notamment « par associer à la tarification à l'acte une régulation par la qualité et la pertinence des actes »

Les six amendements ont été rejetés par la ministre de la Santé, la commission des affaires sociales et la majorité des sénateurs.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
JEAN B Médecin ou Interne 19.11.2017 à 10h50

D'abord, l'expression "désert médical", est un abus de langage. Ceux qui l'emploient pour la France n'ont jamais connu un véritable désert. Et ceux qui réclament des mesures contraignantes pour les Lire la suite

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 19.11.2017 à 10h39

Certains n'ont toujours pas compris que le conventionnement sélectif ne consiste pas à obliger un médecin à s'installer dans les zones les moins denses, mais à interdire les installations dans les Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 20.11.2017 à 09h57

Les "zones les plus denses" se désertifient aussi. Dans le 06, les "vieux" prennent leur retraite sans successeur, pas d'installation récente dans des zones "privilégiées", malgré un "paysage" Lire la suite

Répondre
 
Jean G Médecin ou Interne 18.11.2017 à 23h21

Et vous allez faire comment pour contraindre les médecins à s'installer là où il n'y a plus de lycée, de banque, de poste, de commerce et de travail pour le conjoint ? Avec un fusil dans le dos ?

Répondre
 
paradoxesinextricables Médecin ou Interne 18.11.2017 à 11h25

Mettons les villes à la campagne et le problème sera résolu ! franchement: les déserts sont- ils seulement "médicaux"? Quoi rend ces déserts non attractifs pour à peu près tout le monde? Un médecin Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter