La députée Barbara Pompili « ébranlée » par sa visite à l'hôpital psychiatrique d'Amiens

La députée Barbara Pompili « ébranlée » par sa visite à l'hôpital psychiatrique d'Amiens

Marie Foult
| 15.11.2017
  • Barbara Pompili

La députée LREM de la Somme Barbara Pompili s'est rendue la semaine dernière avec sa collaboratrice à l'hôpital psychiatrique Pinel, à Amiens, où elle a rencontré le personnel soignant et les malades. Elle livre sur sa page Facebook le témoignage édifiant de cette visite qui l'a visiblement marquée.

« Gigantesque garderie »

« Ce que j’ai vu ce vendredi 3 novembre à l’hôpital Pinel me remplit de honte », écrit Barbara Pompili. Elle rappelle que le personnel et la direction interpellent depuis longtemps sur la situation dégradée de l’établissement, en manque chronique de moyens, qui fait régulièrement parler de lui dans la presse locale. « Nous sommes ressorties ébranlées », indique la députée. Elle rend hommage aux personnels « qui continuent vaille que vaille à essayer de gérer au mieux dans des conditions impossibles ».

Si la députée ne trouve « rien ou peu à redire sur les questions d’hygiène », « ce qui ne passe pas » c’est « qu'il n’y a pour ainsi dire personne pour soigner les patients ». « La faiblesse hallucinante des effectifs transforme cet hôpital en gigantesque garderie avec toutes les conséquences que cela peut avoir pour ceux qui sortent, comme pour ceux qui ne sortent pas », indique-t-elle.

Redouter l'accident

Dans l'un des services, le médecin n'est présent que le vendredi. Le reste du temps, « deux infirmiers ou infirmières sont sur place, aidés par une ASH ». Dans d'autres services, c'est encore pire, et les infirmiers n'ont d'autre choix que d'attacher « les personnes violentes » ou celles ne pouvant rester sans surveillance, relate l'ancienne secrétaire d'État.

« Les personnels me disent qu’ils attendent et redoutent l’accident, le moment où un drame va arriver », témoigne Barbara Pompili. « Ici, ajoute-t-elle, faire des économies ça veut dire moins de personnel, donc pas de possibilité de soin. Plus de guérison, plus d’insertion sociale. »

La députée conclut son propos avec un appel en forme de SOS. « Nous devons d’urgence remettre du personnel auprès des malades et arrêter de faire des économies sur le soin psychiatrique, conclut Barbara Pompili. C’est une question de dignité humaine, c’est une question de civilisation. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
HPV

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales, parmis lesquelles les Académies de médecine, de pharmacie, de chirurgie et des sciences... 4

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 13

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 7

Hépatite C : après la guérison, le risque de cancer du foie maintenu par une mutation épigénétique

hep c

Pour le première fois, des chercheurs de l'université de Strasbourg, dirigés par Thomas Baumert (Unité Inserm U1110), montrent que des... Commenter

Loi de santé : la CSMF menace d'un « conflit dur » avec les médecins si les députés ne se calment pas

affaires sociales

Réunie en assemblée générale ce week-end, la CSMF a tenu à mettre en garde le gouvernement sur le risque d'un « conflit dur » avec... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter