Télémédecine : le patron de la CNAM veut lancer les « négos » courant décembre

Télémédecine : le patron de la CNAM veut lancer les « négos » courant décembre

Sophie Martos
| 25.10.2017
  • REVEL

Invité du Café Nile ce mercredi, le directeur général de l'Assurance-maladie, Nicolas Revel, a annoncé vouloir démarrer « dès que possible » les négociations autour de la généralisation de la téléconsultation et de la télé-expertise, une mesure du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2018. « Je ne m'interdirai pas de les ouvrir un tout petit peu avant, courant décembre, avec les partenaires syndicaux », a-t-il précisé, témoignant de l'importance de cette thématique.

L'examen en première lecture du PLFSS 2018 a démarré mardi à l'Assemblée nationale. L'article 36 relatif à la télémédecine prévoit de basculer le financement de la téléconsultation et de la télé-expertise dans le droit commun de la Sécurité sociale (et non plus à titre dérogatoire et expérimental). 

Tarifs, organisation, matériel

Ces négociations devront déboucher sur un réel cadrage de la prise en charge de la téléconsultation et de la télé-expertise : définition précise des actes, tarifs, organisation du médecin requérant et du praticien appelé, rôle des paramédicaux, matériel, accompagnement des acteurs pour s'équiper. Nicolas Revel a d'abord l'intention de discuter avec les médecins libéraux. Il projette ensuite de rencontrer les paramédicaux et les pharmaciens. « Un acte de télé-expertise, ce n'est pas un coup de téléphone sur le portable d'un confrère, lance le DG de la CNAM. L'article 36 se fonde sur la vidéotransmission. »

Il rappelle aussi que la Haute Autorité de santé (HAS) devra jouer son rôle en spécifiant dans quelles situations les téléconsultations peuvent s'organiser. « Il y a des examens cliniques qui ne peuvent pas se faire sans auscultation. Il faudra fixer ce cadre », commente-t-il. Enfin, le développement de la télémédecine ne devra pas entraîner un contournement ou un affranchissement du parcours de soins, poursuit-il.

Objectif 500 000 actes dès 2019

Ces actes se substitueront-ils ou compléteront-ils les consultations ? « On peut considérer que c'est moitié-moitié, pronostique Nicolas Revel. L'idée est que cela renforce l'accès aux soins. La télémédecine fait partie du plan d'accès aux soins. Elle est une solution pour accéder à des consultations de second recours dans des territoires » où la présence de spécialistes se raréfie. Quelques objectifs sont annoncés en annexe du PLFSS : 500 000 actes de télémédecine dès 2019 et 1,4 million en 2022.

Quelle place auront les plateformes réalisant déjà de la téléconsultation ? Y aura-t-il un pont avec la médecine de ville et le médecin traitant ? Pour Nicolas Revel, prudent au sujet des plateformes, le modèle cible sera un système organisé entre les praticiens. « Un patient peut très bien choisir un médecin salarié comme médecin traitant, explique le patron de la CNAM. Ce qui m'importe, c'est le suivi global dans la durée et pas un coup de téléphone qui peut exister ponctuellement. » « Si on fait des plateformes un modèle d'organisation cible, je pense qu'on va avoir un risque de recul dans la bonne prise en charge d'une population », tranche-t-il.

Enfin le décollage ?

Pour le patron de la CNAM, l'adoption de l'article 36 sur la prise en charge de la télémédecine permettra de franchir un cap. « Le cadre de la télémédecine est posé depuis 2009, puis il y a eu huit années de feuilleton, sans vraiment que la pratique décolle », regrette-t-il. 

En médecine de ville, deux nouveaux actes, inscrits dans l'avenant 2 de la convention médicale, vont faire leur entrée. Le premier, « Téléexpertise dossier traitant (TDT) », permettra à deux généralistes d'échanger sur les dossiers de patients entrant en EHPAD. Il serait valorisé à hauteur de 15 euros.

Le second, « Téléconsultation médecin traitant avec EHPAD (TTE) », permettra au médecin traitant de réaliser une téléconsultation avec son patient résidant en EHPAD. Cet acte serait valorisé au même titre qu'une consultation classique auquel s'ajouteraient d'éventuelles majorations.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
Edmond R Médecin ou Interne 15.11.2017 à 07h16

Les mots ont un sens:sur les plates-formes il s agit de télé conseils et non de télé consultation.ce mode de réponse peut désengorger urgence et autre structures de réponses aux gens pressés et ou Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE B Médecin ou Interne 14.11.2017 à 23h46

Tout cela s’arrêtera à la première plainte qui suivra un beau loupé du à une incompréhension ! Au fait quelle est la position de nos assureurs professionnels ?

Répondre
 
Sylvie T Médecin ou Interne 28.10.2017 à 17h05

Quand vous pensez qu'il existe de la télémédecine en psychiatrie !! Je ne me verrai jamais me confier à un écran. Qui pourra me tendre un kleenex si je pleure et qui me serrera la main Lire la suite

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 31.10.2017 à 16h33

Mais bientôt vous aurez BIP BIP(robot service" qui vous tendra le Kleenex et qui vous mouchera et jettera le papier !
Vous croyez qu'il y aura une machine virtuelle mais non le bon psychiatre sera Lire la suite

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 26.10.2017 à 16h50

Il y a 2 catégories de consultations. Les très utiles et celles de confort. Parfois la consultation de confort permet de déboucher sur un acte très utile. En téléconsultation, ce cas de figure sera Lire la suite

Répondre
 
pierre b Médecin ou Interne 26.10.2017 à 10h28

Mr Revel souhaite "un réel cadrage de la prise en charge de la téléconsultation et de la télé-expertise", disposerait-il ainsi du temps médical des praticiens, après la guichéisation sociale Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter