Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

Stéphane Long
| 20.10.2017
  • drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) établi en 2015 (*). Les spécialistes sont tout autant appréciés de la population : 81 % des Français en sont satisfaits.

Les médecins ne sont pas assez à l’écoute de leurs patients ? Ils sont avares en explications ? C’est plutôt l’inverse, détaille l’enquête de la DREES : 84 % des Français sont satisfaits du temps que leur généraliste leur accorde et 87 % du niveau d’informations qui leur est communiqué.

Sans surprise, c’est à leur généraliste qu’ils font le plus confiance en cas de crise sanitaire (9 Français sur 10). Voilà qui devrait réconforter le corps médical, très décrié dans la presse ces derniers moins, notamment à travers l’ouvrage de Martin Winckler (« Les brutes en blanc »), ou la polémique visant les gynécologues (gynéco-bashing).

Trop de dépassements, trop de médicaments

Tout n’est pas rose pour autant. Les Français reprochent aux médecins leurs dépassements d’honoraires - 16 % seulement les trouvent justifiés. 68 % d’entre eux souhaiteraient qu’on leur prescrive moins de médicaments et d’examens. Sur ce plan, ils ne sont pas à un paradoxe près : s’ils estiment que l’ensemble des médecins prescrivent trop de médicaments, ils jugent que ce n’est pas le cas de leur propre praticien…

L’accessibilité aux soins est le gros point noir relevé par la DREES. 29 % des Français estiment ainsi qu’il n’y a pas assez de généralistes à proximité de leur domicile (47 % pour les spécialistes). Les lacunes concernent les ophtalmologues en premier lieu puis les généralistes.

Les auteurs de l’étude relèvent également que les personnes les plus en difficulté financière ou en mauvaise santé ont une moins bonne opinion de la qualité et de l’accessibilité des soins.

(*) Enquête réalisée par l’institut BVA au dernier trimestre 2015 auprès d’un échantillon de 3 023 personnes âgées de 18 ans ou plus, représentatif de la population habitant en France métropolitaine. Méthode des quotas.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Trop de prunes dans le Val-de-Marne : l'Ordre fait le forcing pour que les médecins en visite stationnent gratuitement

stationnement

Les verbalisations intempestives des médecins généralistes du Val-de-Marne en visite devraient bientôt cesser. La préfecture et l'Ordre... Commenter

Pollution de l'air : les conséquences sur le fœtus pourraient s'expliquer par des modifications épigénétiques dans le placenta

pollution

La pollution atmosphérique induirait des modifications épigénétiques dans le génome du placenta, avec des risques pour le fœtus, selon des... 1

Sida : coup d'envoi de la 20 e édition de Solidays

solidays

Le festival de musique mis sur pied par Solidarité Sida fête ses vingt ans dans la joie, mais ne baisse pas la garde et continue de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter