« Non, les hôpitaux ne manqueront pas d'internes », clament les généralistes enseignants

« Non, les hôpitaux ne manqueront pas d'internes », clament les généralistes enseignants

Christophe Gattuso
| 22.09.2017
  • INTERNES

Les centres hospitaliers (CH) vont-ils manquer d'internes à compter du 1er novembre, avec l'entrée en vigueur de la réforme du 3e cycle des études médicales ?

Les conférences nationales des directeurs et des présidents des commissions médicales d'établissements de CH ont récemment tiré la sonnette d'alarme, dans un courrier commun à la ministre de la Santé. Ils redoutent le « transfert important des stages d'internes de médecine générale vers les cabinets ambulatoires » et la « concentration des internes des autres spécialités dans les CHU »

Cette prise de position fait réagir les généralistes enseignants. « Nous comprenons l'inquiétude des services hospitaliers, ces changements interviennent dans un contexte tendu des hôpitaux », confie au « Quotidien » le Dr Anas Taha, président du Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG). Mais le praticien ne partage pas la thèse selon laquelle les établissements pourraient subir une baisse drastique du nombre d'internes. « Les effectifs d'internes formés ont considérablement augmenté ces dernières années », affirme le Dr Taha.

Selon une récente étude de la DREES (ministère de la Santé), le nombre d'internes affectés après les ECN est passé de 3 368 en 2004 à 8 477 en 2015. Ce dernier résultat avait même été particulièrement élevé, les étudiants ayant très majoritairement pris un poste pour éviter de passer les premières épreuves classantes nationales informatisées en 2016. Après la dernière procédure de choix, près de 8 000 internes prendront un poste au 1er novembre, soit près de 300 de plus qu'en 2016. « Il n'y aura pas de manque d'internes, assure le Dr Taha, les hôpitaux ont eu le temps de voir arriver la réforme. »

Des services dépendants des internes

Selon le patron du SNEMG, certains services hospitaliers seraient aujourd'hui organisés en fonction du nombre des médecins en formation et seraient trop dépendants de leur présence. L'enseignant se dit surpris d'entendre que « la permanence des soins pourrait être mise à mal car il y aurait moins d'internes pour faire le job ».

« L'exercice de la médecine générale est avant tout ambulatoire et il est normal d'encourager les stages en ambulatoire pour pousser les futurs généralistes à s'installer en libéral, analyse le Dr Taha. Cette évolution ne doit pas être perçue comme une catastrophe. »

La réforme du 3e cycle prévoit que tous les internes de médecine générale devront réaliser au moins deux stages en médecine de ville pendant leur DES alors qu'actuellement seul un futur généraliste sur deux réalise un SASPAS (stage en autonomie supervisée). 

L'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) est également favorable à cette ouverture des stages en médecine de ville. « L'internat n'est pas là pour faire tourner les hôpitaux, c'est le caractère formateur et pédagogique qui doit présider à l'ouverture des postes », affirme son porte-parole Stéphane Bouxom. Les associations locales d'internes sont prêtes à discuter avec les hôpitaux pour voir comment maintenir des postes d'internat et améliorer l'accueil des futurs médecins et le caractère formateur de leur stage, assure-t-il.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Bilan du DPC : davantage d'inscrits, budget tenu et grand ménage dans les formations

Lenoir-Salfati

Après deux ans de fonctionnement, l'Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), créée en 2016, a rendu public son... Commenter

Grandes manœuvres dans les cliniques : Ramsay Générale de santé lance une OPA sur le suédois Capio

Le groupe Ramsay Générale de santé (RGDS), leader de l'hospitalisation privée en France, a annoncé ce vendredi une offre publique d'achat... Commenter

Vaccination obligatoire : l’ANSM réfléchit à mieux informer professionnels et grand public sur la sécurité

vaccin

La ministre de la Santé s’y était engagée, l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) en organise les modalités. Les données de sécurité sur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter