Un test rapide grâce à une biopuce pour diagnostiquer précocement le sepsis

Un test rapide grâce à une biopuce pour diagnostiquer précocement le sepsis

Fabienne Rigal
| 03.07.2017
  • septicemie

Une équipe américaine a mis au point une biopuce permettant, à partir d’une goutte de sang, de diagnostiquer un sepsis, au lit du malade. Les chercheurs ont aussi testé cette biopuce pour vérifier sa fiabilité. Leurs résultats sont parus dans « Nature Communications ».

Aux États-Unis, les unités de soins intensifs (USI) reçoivent 5 millions de patients par an, dont un million seront touchés par une septicémie sévère, et de 28 à 50 % d’entre eux en meurent. Un diagnostic précoce de la maladie est primordial car les traitements améliorent d’autant plus les chances de survie qu’ils sont administrés tôt. Or, le sepsis est aujourd’hui détecté en routine par divers paramètres cliniques (température, fréquence respiratoire, gazométrie artérielle, nombre de leucocytes…). Et si un patient montre des signes de septicémie, les médecins tentent d’identifier la source de l’infection, mais les tests utilisés peuvent nécessiter plusieurs jours (pendant lesquels la maladie risque de progresser) et ne sont pas disponibles dans toutes les USI.

Nombre de leucocytes et présence du marqueur CD64

Des chercheurs de l’université de l’Illinois ont mis au point un dispositif permettant de compter les leucocytes, et de mesurer la présence du marqueur CD64 à la surface des neutrophiles. Ces deux éléments constituent en effet des marqueurs forts de la septicémie.

Les chercheurs ont testé ce dispositif sur des échantillons sanguins prélevés en USI et aux urgences d’un hôpital d’Urbana, Illinois. Quand un médecin suspectait un sepsis chez un patient et demandait un test sanguin, 10 μL de sang étaient utilisés pour la biopuce. Les chercheurs ont ainsi pu constater que le nombre de leucocytes ainsi que de marqueurs CD64 était fortement corrélé avec les constantes du patient ainsi qu’avec les résultats des tests traditionnels. Ce qui les rend fiables pour diagnostiquer un sepsis chez un patient. « Ce test peut compléter l’identification bactérienne et nous avons besoin des deux approches », souligne le Pr Rashid Bashir, du département de bio-ingénierie de l’université de l’Illinois, et coauteur de l’étude.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... Commenter

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la... Commenter

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 33

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter