Nombre record de décès en 2015 en France

Nombre record de décès en 2015 en France

Dr Lydia Archimède
| 19.01.2016
  • MORGUE

    Nombre record de décès en 2015 en France

« Au 1er janvier 2016, la France compte 66,6 millions d’habitants, dont 64,5 millions vivent en métropole et 2,1 millions dans les cinq départements d’outre-mer », annonce ce mardi l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) qui publie le bilan démographique 2015 à l’occasion de la campagne 2016 du recensement qui va être lancée de jeudi. Pour la deuxième année consécutive, il sera possible de remplir son formulaire sur Internet.

La France compte 247 000 personnes de plus, soit une hausse de 0,4 %. Par rapport à 2014, le nombre de naissances est en légère baisse (- 19 000), soit 800 000 naissances en 2015.

Grippe, canicule, froid

Parallèlement, le nombre de décès atteint un sommet, le « plus haut depuis l'après-guerre », avec 41 000 décès supplémentaires (+ 7,3 %) pour atteindre sur l'année 2015 le chiffre de 600 000. Cette année, la hausse tendancielle du nombre de décès provoquée par l'augmentation du nombre de personnes de 65 ans et plus, n'a pas été compensée par une baisse de la mortalité. « Au contraire, les taux de mortalité se sont accrus, particulièrement aux âges élevés », souligne l'INSEE. La hausse de la mortalité est liée principalement « à des conditions épidémiologiques et météorologiques peu favorables », précise l'institut.

Quel que soit le mois, la mortalité a été, en 2015, supérieure à celle de 2016, avec 3 épisodes de surmortalité. Le premier sur les 3 premiers mois de l'année correspond à l'épidémie de grippe qui a eu un impact important du fait de sa forte intensité, de la nature du virus (connu pour provoquer des complications chez les personnes âgées) et dont la mutation a rendu le vaccin moins efficace. Le deuxième épisode de surmortalité (juillet 2013) est lié à un été caniculaire qui a provoqué 2 000 décès supplémentaires. Le troisième remonte au mois d'octobre, avec 4 000 morts de plus par rapport à 2014, « probablement en raison des vagues de froid survenues au milieu du mois ».

La hausse de la mortalité explique que le solde naturel soit le plus faible enregistré (+ 200 000) depuis 1976 même s'il reste le principal moteur de la croissance démographique, le solde migratoire restant relativement faible (+ 47 000).

85 ans chez la femme, 78,9 ans chez l'homme

L'espérance de vie à la naissance est, elle aussi, en nette diminution, de 0,4 an pour les femmes, de 0,3 an pour les hommes. En 2015, une femme peut espérer vivre 85 ans et un homme 78,9 ans.

En 2003 et en 2012, l'espérance de vie à la naissance avait reculé pour les femmes uniquement pour repartir ensuite à la hausse. Elle avait baissé pour les deux sexes en 1969. Si on considère les 20 dernières années, elle est augmentation de 3,1 ans pour les femmes et de

5,1ans

pour les hommes.

La fécondité française se maintient à un niveau élevé par rapport aux autres pays européens, même si l'indicateur conjoncturel de fécondité passe sous la barre des 2 enfants par femme. Il s'établit à 1,96 en 2015, retrouvant à peu près son niveau de 2005. L'âge moyen à l'accouchement, en constante augmentation, atteint 30,4 ans. L'âge moyen à l'accouchement, en constante augmentation, atteint désormais 30,4 ans.

Enfin, le nombre de mariages décroît très légèrement en 2015. Si les mariages entre personnes de sexe différent sont plutôt stables (231 000), les mariages entre personnes de même sexe, autorisés en mai 2013, sont moins nombreux : 8 000 l'an dernier contre 10 522 en 2014.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
XAVIER B Médecin ou Interne 21.01.2016 à 09h29

Quand les diplômés hexagonaux devront s'expatrier en Roumanie pour vivre décemment , ce sera bien pire !...

Répondre
 
Dr AirGiAime Médecin ou Interne 21.01.2016 à 00h24

Nous avons atteint le bord du gouffre, et nous avons amorcé un grand pas en avant en 2015... malgré une petite épidémie de grippe.
2016 et 2017 risquent d'être encore plus spectaculaire dans la Lire la suite

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 20.01.2016 à 23h50

« Cette année "le cri d’un professeur en pédiatrie " qui reconnait que cette année mondialement une hausse fulgurante de décès des 0 à 8 ans. La France en fait partie justement où l'alarme est préo Lire la suite

Répondre
 
GERARD S Médecin ou Interne 20.01.2016 à 13h18

Les antibiotiques, c'est pas automatique (vive les les RSOP ! ); moins il y aura de Médecins (je laisse la majuscule), moins il y aura de dépenses de santé..... etc... Et on s'étonne !?? Ben ça alors Lire la suite

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 20.01.2016 à 10h53

Moins de médecins, moins de suivis, plus de visites, moins de RV, délais plus longs, attente aux urgences entre vie et mort, etc. Et puis moins de suivi et soins de qualité en consultation, puisqu'il Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter