L’ANSES maintient le seuil de 500 g de viande par semaine au plus

L’ANSES maintient le seuil de 500 g de viande par semaine au plus

Dr Irène Drogou
| 27.10.2015

Suite à la publication très médiatisée dans le « Lancet Oncology » d’une étude du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS classant la viande rouge comme « cancérogène probable », l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a réagi dans un communiqué sur les conséquences en terme de recommandations de santé publique.

L’Agence maintient sa position actuelle visant à « limiter la consommation de viandes à 500 g par semaine au plus, et par un régime équilibré, à varier les sources de protéines animales (œufs, viandes, poissons) et les types de viandes ». L’ANSES rappelle qu’elle avait travaillé sur le sujet en 2011 dans le cadre d’un rapport « Nutrition et cancer » et qu’un lien « convaincant » entre consommation de viande rouge ou de viande transformée avait déjà été mis en évidence à l’époque avec une probabilité augmentée de certains cancers.

Une actualisation des repères alimentaires en cours

Le travail récent du CIRC repose sur l’analyse de 800 études épidémiologiques publiées sur le sujet. Pour la viande rouge classée « probablement cancérogène », si l’association de causalité se vérifiait, le risque de cancer colorectal pourrait augmenter de 17 % pour chaque portion de 100 g de viande rouge par jour. Pour la viande transformée classée « cancérogène », une analyse montre que « chaque portion de 50 g consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 % environ ». L’ANSES tient à « souligner la nécessaire prise en compte, au-delà des risques, des bénéfices nutritionnels potentiellement associés aux aliments concernés ». Elle indique procéder actuellement à un travail de « réactualisation des repères nutritionnels et alimentaires nationaux, qui appuieront les recommandations du Plan national Nutrition Santé ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
hérodottt Médecin ou Interne 28.10.2015 à 09h51

Ils feraient mieux d'interdire les nitrites dans la charcuterie et les végétaux aux pesticides dans la nutrition des animaux.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter