Manger du placenta après l’accouchement n’apporte pas de bénéfices et n’est peut-être pas sans risques

Manger du placenta après l’accouchement n’apporte pas de bénéfices et n’est peut-être pas sans risques

04.06.2015
  • placenta

    Manger du placenta après l’accouchement n’apporte pas de bénéfices et n’est peut-être pas sans risques

La pratique serait apparue dans les années 1970 aux États-Unis et aurait de plus en plus d’adeptes... même en Europe. Encore récemment, des stars de la téléréalité, Kourtney et Kim Kardashian, invitaient les mères à manger leur placenta après l’accouchement. Les capsules de placenta achetées sur Internet auraient, selon elles, toutes les vertus : favoriser la production de lait, prévenir le baby blues, soulager la douleur, accélérer la récupération grâce à sa richesse en fer et en vitamines ou encore améliorer l’élasticité de la peau. Au Royaume-Uni, c’est l’actrice January Jones de la série « Mad men » qui avouait avoir consommé des capsules de son propre placenta déshydraté, il y a deux ans.

Placentophagie

L’engouement pour la « placentophagie » est tel que certains malades s’enquièrent auprès de leurs médecins sur les éventuelles interactions avec leur traitement habituel. C’est ainsi que le Dr Crystal Clarke, psychiatre (Northwestern University Feinberg School of Medicine, Chicago) spécialiste de la dépression du post-partum s’est intéressée au sujet. Manger son placenta a-t-il un effet sur l’efficacité des antidépresseurs ? Surprise par la question d’une de ces patientes concernant les effets éventuels sur l’efficacité des antidépresseurs, le Dr Clarke a d’abord interrogé ses autres patients. « J’ai été étonné de constater que la pratique était beaucoup plus répandue que je ne le pensais », indique-t-elle. Le psychiatre se décide alors à réaliser une revue de la littérature. L’analyse a inclus 10 études.

Risques potentiels méconnus

La conclusion de son étude publiée dans « Archives of Women’s mental Health » est sans équivoque : aucune donnée ne permet de dire qu’il y aurait un bénéfice quelconque à consommer ce gâteau (signification de placenta en latin) fœto-maternel. Plus inquiétant, selon la psychiatre, aucune étude n’a été réalisée sur les risques éventuels d’une telle pratique pour la mère ou l’enfant (en cas d’allaitement), le placenta étant censé protéger le fœtus contre les toxines et polluants auxquels est exposée la mère. Co-auteur de l’étude ; la psychologue Cynthia Cole, s’étonne de ce que les femmes qui acceptent de consommer ces capsules de placenta ont en général celles qui font le plus attention à ce qu’elles consomment pendant la grossesse. « Il n’y a aucun contrôle sur la manière dont ces pilules sont fabriquées et les doses sont aléatoires », souligne-t-elle.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
franck m Médecin ou Interne 06.06.2015 à 12h49

« La bêtise humaine est sans limite....
Essayer avec sel, poivre moutarde et ail, c'est meilleur... »

Répondre
 
Claude C Médecin ou Interne 06.06.2015 à 09h02

« Encore une mauvaise idée qui nous vient des Etats-Unis... Pays ou les charlatans ont pignon sur rue , ou les plus dingues ont la parole et qui d'ailleur ne s'en privent pas.
Un exemple à ne pas sui Lire la suite

Répondre
 
jean-bernard d Médecin ou Interne 05.06.2015 à 21h49

« Y'a des recettes , aussi ? »

Répondre
 
EMMANUEL G Médecin ou Interne 05.06.2015 à 16h40

« C'est inconcevable, ce qui prouve encore une fois que l'Homme est fragile par son comportement, nous ne sommes pas des bêtes ? »

Répondre
 
PHILIPPE K Médecin ou Interne 05.06.2015 à 16h03

« Et le le père a-t-il droit à une part du gâteau ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter