Le dépistage, l’arme de la fédération française des diabétiques pour enrayer l’épidémie

Le dépistage, l’arme de la fédération française des diabétiques pour enrayer l’épidémie

27.05.2015

En amont de la semaine de prévention du diabète qui doit se tenir entre le 6 et le 13 juin 2013, la fédération française des diabétiques a mis en ligne un test de dépistage réalisable par les patients. Ce test, disponible en version papier et en version web, consiste en cinq questions, dont un calcul de l’indice de masse corporel, destinées à évaluer le risque de développer un diabète dans les années à venir.

Les patients dont le risque est modéré ou élevé sont invités à faire mesurer leur glycémie à jeun. « Entre 1,1 g/L et 1,26 g/L, un patient à 30 à 40 % de risque de développer un diabète dans les années à venir », explique le Pr Pierre Fontaine, du service d’endocrinologie, diabétologie métabolisme du CHRU de Lille et vice président de la société francophone du diabète. « Il est possible de réduire ce risque par une prise en charge globale qui combine des mesures hygiéno-diététiques et une réduction du risque cardiovasculaire par des traitements hypolipémiants », précise-t-il.

Plus de 4 millions de diabétiques

Pour la fédération française des diabétiques, le dépistage des patients prédiabétiques est un enjeu majeur pour enrayer l’épidémie de diabète. Selon les chiffres de l’Institut de veille sanitaire (InVS), la France a atteint en 2009 le seuil de 3,5 millions de patients, avec sept ans d’avance sur ce qui était originellement projeté. « Nous manquons de chiffres récents, mais il y a désormais plus de quatre millions de diabétiques en France », estime Gérard Raymond, secrétaire général de la fédération française des diabétiques.

Selon un sondage réalisé par OpinionWay en mars dernier pour le compte de la fédération française des diabétiques, si 95 % des Français pensent que le diabète est une maladie grave, seule une personne sur trois (1/4 parmi les 35-49 ans) a déjà réalisé un test de dépistage.

Selon le même sondage effectué du 26 au 27 mars 2015 sur un échantillon de 1 018 personnes de plus de 18 ans, 75 % des personnes interrogées seraient prêtes à réaliser un test de dépistage si elles étaient mieux informées.

Les 93 associations de terrain affiliées à la fédération française des diabétiques vont mener des opérations de sensibilisation dans des lieux publics, les marchés notamment, mais aussi dans des lieux où ils savent trouver des populations précaires durement touchées par le diabète comme les épiceries solidaires. Lors de la campagne 2012-2013, 150 000 questionnaires de sensibilisation avaient été distribués, pour 7 % de réponses classées « à risque »

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter