Les ophtalmos (SNOF) s’insurgent contre la fin de l’obligation de prescription pour les lunettes

Les ophtalmos (SNOF) s’insurgent contre la fin de l’obligation de prescription pour les lunettes

16.04.2015
  • Les ophtalmos (SNOF) s’insurgent contre la fin de l’obligation de prescription pour les lunettes - 1

    Les ophtalmos (SNOF) s’insurgent contre la fin de l’obligation de prescription pour les lunettes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) ne décolère pas après l’adoption par le Sénat d’un article de la loi Macron supprimant l’obligation d’ordonnance pour les lunettes. Plus précisément, l’article (11 quater C) voté par la Haute assemblée supprime un alinéa du code de la santé publique qui prévoyait que la délivrance de verres correcteurs est subordonnée dans tous les cas à l’existence d’une prescription médicale en cours de validité.

Cette obligation d’ordonnance (qui existait déjà de longue date pour les patients de moins de 16 ans) avait été étendue à toute la population dans le cadre de la loi (Hamon) sur la consommation de 2014.

Catastrophe

Pour le Dr Thierry Bour, président du SNOF, « la suppression du passage par l’ophtalmologiste est une catastrophe pour la prévention oculaire, en particulier chez les enfants. C’est la victoire du marché sur la santé ».

Lors de la discussion au Sénat, la sénatrice UMP des Alpes-Maritimes, Dominique Estrosi-Sassone, qui défendait cet article, a assuré au contraire qu’il s’agissait simplement de lever une norme ambiguë (l’obligation absolue de prescription pour tous et en toutes circonstances) risquant d’entraîner des effets économiques restrictifs (touristes ayant besoin d’une paire de lunettes par exemple), pour revenir à la situation qui précédait la loi Hamon. « Depuis plusieurs dizaines d’années, la quasi-totalité des achats de lunettes par nos concitoyens sont précédés d’une visite chez l’ophtalmologue, car, depuis 1945, la prescription médicale est nécessaire pour déclencher le remboursement », a-t-elle temporisé.

Sénateurs inconséquents ?

Le SNOF se montre beaucoup plus alarmiste. « Les sénateurs ont non seulement annulé le progrès apporté récemment par la loi Hamon, mais ils ont ouvert la voie, pour les opticiens, à la prescription-vente de lunettes à des enfants de moins de 16 ans sans que ces derniers n’aient jamais vu de médecin, analyse le Dr Thierry Bour. Ce faisant, ils remettent en question une politique de santé publique fondée, depuis des dizaines d’années, sur le dépistage et la prévention sanitaire des affections oculaires, en particulier auprès des plus jeunes ». Et de dénoncer l’inconséquence des sénateurs face aux menaces sur la santé publique de cette « démédicalisation de la filière visuelle ».

Dans un tiers des cas, souligne le SNOF, les ophtalmos détectent d’autres pathologies, parfois graves lors de l’examen des patients venus pour un renouvellement d’ordonnance de lunettes.

Le SNOF appelle les parlementaires réunis en commission mixte paritaire à supprimer cette modification pour rétablir l’obligation d’ordonnance pour tous.

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 35 Commentaires
 
Richard G Médecin ou Interne 17.04.2015 à 14h13

« Hélas, c'est la politique de "l'à peu près", très actuelle. N'importe qui peut aller en grande surface et s'acheter des lunettes "plastiques" +1,+2,+3, etc. pour quelques euros et s'en aller tout c Lire la suite

Répondre
 
JEAN FRANCOIS C Médecin ou Interne 17.04.2015 à 12h57

« Bonjour les glaucomes au stade préterminal, les amblyopies de l'enfant irrécupérables, les fermetures de l'angle avec cécité qui auraient pu être évitées... Ah, mais nous sommes un affreux lobby, n' Lire la suite

Répondre
 
guillaume g Pharmacien 17.04.2015 à 11h44

« On est vraiment en train de faire des économies à court terme : la prescription des lunettes, c'est parfois la seule occasion qu'a l'ophtalmo pour diagnostiquer une pathologie oculaire. Si la Sécu v Lire la suite

Répondre
 
PASCAL P Médecin ou Interne 17.04.2015 à 11h16

« Il faudrait évaluer les conséquences sanitaires en Espagne ou c'est le cas depuis très longtemps. Y a-t-il eu des catastrophes ou des carences de dépistage ?
En revanche, il faut s'assurer que tout Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 17.04.2015 à 20h25

« En tout cas les patients espagnols n'ont pas l'air enthousiastes de leur système de santé... »

Répondre
 
mariemedic Médecin ou Interne 17.04.2015 à 09h30

« Médecin OPH secteur1 (et oui il y en a encore) la CS est à 28 €,e t oui il faut payer le matériel ! Je ne sais où exerce LUCIEN G, mais il existe des oph qui reçoivent les urgences, après tout quand Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 17.04.2015 à 20h26

« Absolument (MG secteur 1) »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Mutuelles de Bretagne : épinglé par « le Canard », Richard Ferrand parle de « dénonciations calomnieuses »

Ferrand

Le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand a évoqué mercredi des « dénonciations calomnieuses » après la révélation dans «... 2

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter