Ces bouts de chou qui manquent de fer

Ces bouts de chou qui manquent de fer

29.01.2015
Une toute récente revue européenne chez les bébés de 6 à 36 mois montre que, si les apports en fer sont en moyenne proches de ceux recommandés, on constate pourtant une  prévalence  élevée du déficit en fer. Des résultats qui soulignent l’importance de l’éducation des parents dans le choix d’aliments riches ou enrichis en fer.
  • actu blédina
• Rappel
- Les enfants nés à terme, de poids normal et en bonne santé, ont des stocks de fer suffisants pour 4 à 6 mois.
- Au-delà, les réserves sont insuffisantes et l’enfant dépend de ses apports alimentaires.
- Des apports insuffisants peuvent conduite au déficit en fer avec un risque d’anémie.
- La carence en fer semble avoir des conséquences néfastes à long terme sur le développement mental et psychomoteur.
Il était donc important de voir où en sont les bébés européens.
 
• 44 études dans 19 pays
Une équipe néerlandaise a passé en revue 44 études réalisées dans 19 pays européens, incluant des enfants de 6-36 mois et portant, d’une part, sur les apports en fer, d’autre part, sur le statut en fer.
Notons que la plupart des pays européens, dont la France, recommandaient des apports en fer de 7 à 8 mg/j.
 
• Résultats
1) Apports en fer
En moyenne, dans la plupart des pays étudiés, les apports en fer étaient proches des apports recommandés.
2) Statut en fer
- Globalement, une prévalence élevée du déficit en fer a été observée.
- Cette prévalence dépend fortement du statut socio-économique familial. Par exemple, en France, à 10 mois, on observe un déficit en fer chez 26 % des bébés des familles économiquement vulnérables contre 10 % de bébés des familles aisées.
- Le type de laitage consommé est également déterminant : selon Polat et coll., à 6 mois, il existe un déficit en fer chez 3-4 % des enfants nourris au lait maternel ou au lait artificiel contre 25 % de ceux buvant du lait de vache. Chez les 8-12 mois, le déficit touche 5-12 % des bébés nourris au lait maternel, 7-15 % des enfants au lait de vache et 2-4 % seulement des enfants au lait artificiel. Entre 1 à 3 ans, 13 % des enfants nourris au lait artificiel étaient déficients en fer contre 30,5 % des autres. Il y avait davantage d’enfants buvant plus de 400 mL de lait de vache par jour chez les enfants déficitaires en fer que chez les non-déficitaires.
 
• Éduquer les parents
Pour les auteurs, les programmes de santé sur la malnutrition en fer devraient apprendre aux parents à choisir pour leur enfant des aliments riches en fer ou enrichis en fer. Et, en cas de carence, il faudrait encourager les programmes de supplémentation en fer.
 
Dr Emmanuel de Viel
 
Eussen S et coll. Ann Nutr Metab 2015 ; 66 : 80-92.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter