Des substituts aussi dangereux que le bisphénol A dans les biberons et les tickets de caisse

Des substituts aussi dangereux que le bisphénol A dans les biberons et les tickets de caisse

16.01.2015

Les substituts du bisphénol A (BPA) : le bisphénol S (BPS) et F (BPF), réduiraient la production de testostérone par le testicule fœtal humain, selon une étude publiée dans « Fertility et Sterility » et dirigée par l’équipe du chercheur René Habert de l’unité mixte de recherche INSERM/CEA/Université Paris-Diderot « Cellules souches, radiation et instabilité génétique ».

La méthode in vitro utilisée « permet de maintenir en vie des testicules fœtaux humains dans une boîte de culture pendant plusieurs jours et de tester les effets de l’addition de différents produits chimiques sur leur développement et leurs fonctions », explique René Habert. Le FeTA (Fetal Testis Assay) a déjà fait ses preuves en 2012, lorsque la même équipe avait démontré les effets néfastes du Bisphénol A sur la production de testostérone chez le fœtus.

Un mécanisme complexe et subtil

Grâce à ce modèle, les chercheurs ont découvert que le BPF et BPS, les substituts possédant des structures chimiques proches du BPA, diminueraient la production de testostérone par le testicule fœtal humain, selon le même mécanisme que le Bisphénol A. « Le mécanisme n’est pas identique à celui des œstrogènes. Il est complexe et subtil », explique René Habert du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). La diminution de la production de testostérone chez le fœtus peut mener à un hypospadias et une cryptorchidie.

« La testostérone produite par les testicules pendant la vie fœtale impose la masculinisation des organes génitaux internes et externes », indiquent les chercheurs. Il est également probable que le fœtus est une altération de la production spermatique à l’âge adulte. Les chercheurs ont comparé leurs résultats au modèle murin, et comme pour le bisphénol A, l’homme serait plus sensible au BPF et BPS, que la souris.

Pas de réglementation

Le Bisphénol A a été banni des biberons en plastique par l’Union Européenne dès 2011. Puis en 2013, la France a interdit l’utilisation du BPA dans les récipients alimentaires destinés aux enfants de moins de trois ans. Enfin, depuis janvier 2015, la fabrication, l’exportation, l’importation, et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du bisphénol A est interdite.

A contrario, « les produits de substitution ne sont pas réglementés. On trouve le BPS dans les biberons en plastique ou les tickets de caisse. L’ANSES a lancé un appel d’offres auprès des laboratoires, de nombreuses recherches sont en cours », souligne René Habert.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
17.01.2015 à 13h49

« Je me demande bien pourquoi les produits de substitution du bisphenol ne sont pas soumis à des tests avant utilisation. Ça devrait être un préalable. Sinon, c'est à désespérer des services de l'état Lire la suite

Répondre
 
16.01.2015 à 22h48

« Les biberons en verre c'est lourd mais pas pour la santé... »

Répondre
 
17.01.2015 à 17h24

« Exact, et ce sont les seuls biberons à recommander en priorité ...Avec des tétines en silicone
Dr Françoise-Alice WOLF gynécologue »

Répondre
 
16.01.2015 à 21h53

« Que le fœtus ait une altération et non est une alteration »

Répondre
 
16.01.2015 à 20h57

« Le bisphenol A était un constituant des polycarbonates notamment, de certains polyesters, des plastiques portant les numéros 3, 6, 7 etc. Est-ce qu'on pourrait savoir comment se nomment les matériau Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

Le Dr Yannick Schmitt élu à la présidence de ReAGJIR

Le Dr Yannick Schmitt a été élu à la présidence du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR) à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter