Vincent Lambert : audience à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans une ambiance tendue

Vincent Lambert : audience à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans une ambiance tendue

07.01.2015
  • 1420648070576003_IMG_144716_HR.jpg

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a examiné, mercredi à Strasbourg, la requête présentée par la famille de Vincent Lambert pour empêcher l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles de ce dernier, tétraplégique et totalement dépendant depuis 2008. La Grande Chambre de la CEDH, composée de 17 juges européens et présidée par le juge luxembourgeois David Spielmann, ne prononcera son arrêt que d’ici à un à deux mois : celui-ci, quelle que soit sa teneur, aura des conséquentes importantes pour les législations françaises et européennes sur la fin de vie.

Plaidoirie des différentes parties

Par définition, la CEDH ne se prononce que sur des cas de violation de la Convention européenne des droits de l’homme, qui s’applique sans restriction dans tous les pays membres du Conseil de l’Europe. L’audience s’est déroulée dans une ambiance tendue, la famille de Vincent Lambert faisant face aux représentants du gouvernement, à raison d’une demi-heure de plaidoirie pour chaque partie, suivie de quelques questions et compléments.

Selon les parents de Vincent Lambert, l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert viole l’article 2 de la Convention, qui garantit le droit à la vie, et constitue aussi un « mauvais traitement et une torture » prohibés par l’article 3 du même texte. De plus, ils invoquent les articles 6 et 8 de la Convention portant sur le droit à la vie privée et familiale, et le droit à un procès équitable. La Cour a décidé de traiter cette affaire en priorité, ce qui a permis de raccourcir les délais d’ordinaire extrêmement longs avant l’étude de ces dossiers. Lors de l’audience, l’avocat des parents de Vincent Lambert a rappelé la justesse de leur requête, et estimé que « Vincent va très bien et est apaisé ».

L’avocate de ses frères et sœurs, qui réclament au contraire l’application de la loi Leonetti à son profit, souligne qu’il n’aurait jamais souhaité mener une telle existence et considère qu’aucun article de la Convention n’a été violé dans cette affaire. Elle a plaidé pour qu’après « des années d’acharnement judiciaire et thérapeutique, on laisse enfin partir Vincent dignement ». Les interventions ont porté ensuite sur l’interprétation de l’article 2 sur le droit à la vie, et sur l’expression du consentement. Le représentant de son épouse a rappelé que, pour celle-ci, « laisser partir Vincent est la dernière preuve d’amour qu’elle peut lui donner ». À l’exception du juge maltais qui s’est interrogé sur les aspects éthiques de la nutrition artificielle, aucun juge européen n’a participé au débat, conclu par les représentants du gouvernement et des requérants.

Décision sans appel dans 2 mois

Les arrêts de la CEDH sont sans appel et font jurisprudence. Ce n’est pas la première fois que la Cour est saisie de dossiers relatifs à la fin de vie, à l’image de l’affaire Diane Pretty, une jeune Britannique atteinte d’une sclérose latérale amyotrophique qui réclamait au nom du « droit à une vie décente » l’autorisation de demander à son mari de mettre fin à ses jours en le protégeant de poursuites pénales. La Cour avait alors, en 2002, confirmé le refus exprimé par le Royaume-Uni, pour qui le suicide assisté s’assimile à un meurtre. Toutefois, si la Cour a toujours rejeté l’« euthanasie active », elle ne s’est pas encore prononcée spécifiquement sur l’arrêt des traitements lorsqu’ils ont pour conséquence d’entraîner la mort.

Denis Durand de Bousingen, à Strasbourg
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
08.01.2015 à 02h01

« Est-ce que l'un d'entre nous choisirait de "survivre" dans ces conditions ? »

Répondre
 
07.01.2015 à 21h32

« Nourrir un mort n'est pas de l'acharnement thérapeutique, c'est juste de la folie. Et aucune religion ne demande ça, qu'on n'accuse pas ces parents désorientés de faire ça au nom de Dieu. »

Répondre
 
07.01.2015 à 21h09

« Si l'arrêt des traitements entraîne la mort, c'est vouloir la mort du patient et la lui donner, ce qui est un crime. Continuer ces traitements n'est pas de l'acharnement thérapeutique puisqu'il ne s Lire la suite

Répondre
 
07.01.2015 à 21h41

« L'acharnement thérapeutique n'est-il pas d'une certaine façon un vol de la mort naturelle et une forme d'euthanasie reportée... Il faut parfois mettre de côté ses convictions personnelles et se mett Lire la suite

Répondre
 
08.01.2015 à 09h39

« Il faut simplement préciser que Vincent Lambert n'est pas mourant, pas en fin de vie, il est en situation de handicap chronique. L'arrêt de l'alimentation ne s'observe pas dans ce cas, quid des pers Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter