Un gène de prédisposition de l’AVC chez le jeune adulte

Un gène de prédisposition de l’AVC chez le jeune adulte

26.11.2014
  • 1417021763566919_IMG_142281_HR.jpg

Il se nomme PHACTR1, et était déjà connu pour être impliqué dans la survenue de migraines et d’infarctus du myocarde. Une étude française réalisée dans le cadre du consortium international CADISP (Cervical Artery Dissection and Sichemic Stroke Patients) et publiée dans la revue « Nature Genetics », montre qu’un allèle de ce gène est associé à une diminution du risque de dissection des artères cervicales. Ce travail a été mené par l’unité mixte de recherche « santé publique et épidémiologie moléculaire des maladies liées au vieillissement » de l’université Lille 2, en collaboration avec le CHRU de Lille.

Séquençage systématique

La dissection de l’artère cervicale est une des causes majeures de l’AVC du sujet jeune. Il s’agit d’un événement très rare (2,6 cas sur 100 000 habitants par an dans le monde), et dans l’immense majorité des cas, ces déchirements des parois surviennent sans contexte familial et sans maladie sous-jacente. Toutefois, plusieurs hypothèses sont en faveur de l’existence d’une susceptibilité individuelle, portée par le génome. Le consortium CADISP a été mis en place pour rassembler les données issues du séquençage systématique de 1 052 malades atteints de dissection, et les comparer à celles de 17 064 personnes non atteintes.

Une baisse de 25 % du risque d’AVC jeune

Les auteurs ont noté que la présence de l’allèle rs9349379[G] de PHACRT1 était associée à une réduction significative de 25 % du risque de dissection chez les patients jeunes. En plus de PHACRT1, les chercheurs ont également identifié le gène LRP1, dont certains variants sont déjà connus pour être associés à la migraine et à l’anévrisme de l’aorte abdominale, ainsi que le gène LNX1. Le lien entre ces deux derniers gènes et le risque d’AVC chez le jeune adulte reste cependant à confirmer, précisent les auteurs de l’étude qui espèrent désormais explorer les cascades de signalisation qui découlent de ces différents gènes et comprendre les mécanismes sous-jacents de la pathologie.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
30.11.2014 à 15h17

« Oui bien noté; et la dissection de l'artère vertébrale révèle habituellement une zone ischémique à l'imagerie »

Répondre
 
27.11.2014 à 07h29

« L'illustration montre un scanner à l'envers d'un hématome lombaire : donc aucun rapport avec le sujet. Il aurait mieux valu mettre une diffusion d'AVC. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter