Un paraplégique recouvre la motricité après transplantation de cellules olfactives dans la moelle

Un paraplégique recouvre la motricité après transplantation de cellules olfactives dans la moelle

21.10.2014
  • Darek Fidyka

Darek Fidyka a de la chance. Paraplégique, des suites d’une agression au couteau en 2010, ce bulgare remarche à nouveau.

Le patient a bénéficié en 2012 d’une transplantation de cellules olfactives engainantes (OEC) dans la zone lésée de la moelle épinière (côté gauche). Une transplantation mise au point et exécutée en Pologne par le Dr Pawel Tabakow de l’université de Wroclaw et le Pr Geoffrey Raisman de l’institut de neurologie de l’University College de Londres (UCL). Après deux années de rééducation, leurs résultats très encourageants viennent d’être publiés dans la revue « Cell Transplantation ».

Une méthode déjà exploitée

De nombreuses études sur l’animal ont montré la propriété unique des cellules olfactives engainantes à stimuler la régénération des axones lésés dans la moelle épinière. Les opérations sur l’homme ont déjà été expérimentées en Australie et au Portugal mais n’ont jamais montré de résultats aussi significatifs. Le protocole d’essai se composait d’une réadaptation neurologique pré et postopératoire, d’une biopsie de la muqueuse olfactive, de la culture de cellules engainantes olfactives, et d’une greffe de cellules intra-rachidienne.

Aucun résultat indésirable lié à la biopsie de la muqueuse olfactive ou à la transplantation de cellules olfactives engainantes n’ont été recensés, après chirurgie. Il n’y a pas de signes de détérioration neurologique, de douleur neuropathique, de neuroinfection ou d’une tumorigenèse.

L’opération effectuée par l’équipe polonaise s’est déroulée en trois étapes. Les médecins ont d’abord retiré l’un des deux bulbes olfactifs du patient, prélevé et mis en culture les cellules olfactives engainantes. Puis le jour de l’opération, 100 micro-injections de cellules OEC ont été faites en dessous et dessus de la zone endommagée de la moelle épinière, soit environ 500 000 cellules greffées. Enfin quatre bandes de tissu nerveux ont été placées dans cette zone, dans un intervalle de 8 mm. Injectées dans la moelle épinière, les OEC induisent une régénération des nerfs au sein de la lésion, en construisant un « pont nerveux » dans la zone endommagée.

Récupération des fonctions motrices et sensorielles

Après la transplantation, pas de dangers de rejet, aucun immunodépresseur n’a été nécessaire. Le patient a suivi un programme d’exercice physique, cinq heures par jour, cinq jours par semaine. Six mois après la chirurgie, Darek Fidyka était en mesure de faire ses premiers pas, à l’aide d’attelles. Deux ans après le traitement, le patient marche avec un déambulateur à l’extérieur du centre de réadaptation. Il a montré une amélioration de la fonction motrice et sensorielle des premiers segments de la moelle épinière localisés en dessous de sa blessure.

« Le patient est désormais capable de bouger les hanches et, sur le côté gauche, il connaît un rétablissement considérable des muscles de la jambe », a précisé à la BBC, le Dr Tabakow. Il a également récupéré des fonctions sensorielles lui permettant de ne plus être incontinent et des résultats significatifs sur la fonction sexuelle.

« C’est incroyable de voir comment la régénération de la moelle épinière, quelque chose que l’on croyait impossible il y a de nombreuses années, est en train de devenir une réalité », a expliqué à la BBC, le Dr Tabakow. Cette recherche a été financée par la Nicholls Spinal Injury Foundation (NSIF) et la fondation britannique sur les cellules souches. Les scientifiques espèrent traiter une dizaine d’autres patients, en Pologne et en Grande-Bretagne au cours des années à venir. « Notre équipe en Pologne serait prête à examiner des patients de partout dans le monde qui sont susceptibles de recevoir cette thérapie », a assuré le Dr Tabakow à la BBC.

 

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
02.12.2014 à 14h52

« Article très encourageant ! »

Répondre
 
25.10.2014 à 04h48

« Cette technique serait elle applicable au syndrome post polio. »

Répondre
 
22.10.2014 à 15h23

« Est-ce que, vu que ça touche la Myéline, du système nerveux ne pourrait-on pas subvenir aux symptômes de la Sclérose en Plaques, et re-myéliniser des zones déficientes ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter