La flore commensale, une source sous-exploitée de médicaments

La flore commensale, une source sous-exploitée de médicaments

12.09.2014
  • 1410531878543882_IMG_135769_HR.jpg

    La flore commensale, une source sous-exploitée de médicaments

Selon des chercheurs de San Francisco, le microbiote représente une source riche et inexploitée pour la conception de médicaments. Les bactéries commensales produiraient des centaines de molécules ayant des caractéristiques génétiques susceptibles de servir de base à de nouveaux médicaments. La diversité est interindividuelle mais aussi intra-individuelle.

Peau, bouche, sphère ORL, intestin, vagin, les écosystèmes sont très différents d’un site à l’autre. Le Pr Michael Fischback et son équipe reprennent l’hypothèse des « antibiotiques naturels », en prenant comme exemple une bactérie commensale du vagin, le Lactobacillus gasseri, qui produit l’antibiotique lactocilline très proche d’autres utilisés en pharmaceutique. Ceux-ci pourraient présenter l’avantage supplémentaire de tuer des pathogènes et d’épargner les non pathogènes.

Plus de 3 000 groupes de gènes bactériens identifiés

À l’aide d’une nouvelle machine appelée ClusterFinder, l’équipe s’est ensuite lancée dans une très vaste analyse du génome de différentes espèces du microbiome.

Leur travail a permis d’identifier 3 118 groupes distincts de gènes bactériens, qui codent pour des enzymes impliquées dans la synthèse de molécules « médicament-like », apparentées à des classes pharmaceutiques connues. Comme les auteurs le soulignent, le niveau d’analyse n’est pas assez fin pour savoir quelles molécules sont produites par quelle bactérie. « Nous avons besoin d’apprendre ce que sont ces molécules et ce qu’elles font, a expliqué le Pr Fischback. Ce pourrait être un pool de molécules avec de nombreux candidats potentiels en thérapeutique. Cela fait des années que les variations et les changements du microbiome humain peuvent avoir des effets intéressants chez l’hôte, et maintenant nous pouvons commencer à déterminer pourquoi au niveau moléculaire. »

Cell, publié en ligne le 11 septembre 2014

Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter