HPV : le HCSP veut encore renforcer la vaccination et propose une 1re dose dès 9 ans

HPV : le HCSP veut encore renforcer la vaccination et propose une 1re dose dès 9 ans

10.09.2014
  • 1410364429543137_IMG_135542_HR.jpg

Saisi en avril par la Direction générale de la santé (DGS), dans le cadre de la polémique sur l’efficacité des vaccins Cervarix et Gardasil, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) rend public ce 10 septembre un nouvel avis sur la vaccination contre les infections à papillomavirus humains.

Comme l’a demandé le DGS Benoît Vallet, les experts du HCSP s’appuient sur une revue des dernières études scientifiques. Ils assurent que les données internationales démontrent en situation réelle une efficacité vaccinale sur la prévalence des infections à HPV, l’incidence des condylomes et l’incidence des lésions précancéreuses. En outre, une immunité de groupe serait induite par la vaccination.

« Croyances »

Quant à sa sécurité, les données de pharmacoviligance, avec un recul de plus de 7 ans, au niveau national et international, ne permettent pas de retenir l’existence d’un lien de causalité entre la vaccination et les événements indésirables graves médiatisés en France (notamment la sclérose en plaques et d’autres maladies auto-immunes – qui se révèlent à l’adolescence). « Ces croyances entretenues par certains médecins et fortement relayées par les médias ont suscité une défiance tout à fait injustifiée vis-à-vis de cette vaccination », lit-on dans l’avis du HCSP. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) poursuit par ailleurs la surveillance renforcée sur les vaccins Gardasil et Cervarix.

Le HCSP déplore la faiblesse de la couverture vaccinale pour un schéma complet, en diminution depuis 2010. Elle est inférieure à 25 % à 16 ans en 2013 et est passée de 26 à 18 % à 15 ans pour la première dose, entre 2011 et 2013.

Le Haut Conseil recommande qu’un pourcentage élevé de jeunes filles soit vacciné, indépendamment de leur niveau social. Pour atteindre cet objectif, il suggère de mettre en place une offre vaccinale en milieu scolaire (comme au Royaume-Uni et en Australie) et d’abaisser de 11 à 9 ans l’âge de la vaccination, comme au Québec.

Plaidoyer pour le dépistage organisé du cancer du col

Le dépistage organisé dans les départements pilotes a permis une augmentation significative du nombre de femmes dépistées. Mais son efficacité se heurte à la réticence des populations et le pourcentage de femmes dépistées ne dépasse 70 % que dans 3 départements ayant un historique en termes de dépistage.

Aussi le HCSP appelle à la généralisation rapide du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus sur le territoire national.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 27 Commentaires
 
17.09.2014 à 13h44

« Ah ? Parce que maintenant on considère que les fillettes "couchent" à partir de 9 ans ? Mais dans quelle société vit-on ? »

Répondre
 
14.09.2014 à 12h13

« Dans ce cas c'est vaccination pour tous...
Pas de raison que ce soit seulement les petites filles qui encourent le risque... »

Répondre
 
11.09.2014 à 16h40

« Au risque de décevoir ceux qui prennent pour argent comptant les dires de nos autorités sanitaires, les problèmes d'adjuvants ne sont pas franco-français ! Élargissez l'horizon de vos lectures SVP ! Lire la suite

Répondre
 
12.09.2014 à 11h48

« "Cela a été fait depuis déjà un certains nombre d'année en Amérique cher confrère=Résultat décevant et en tout point.
Quand au 22 mai dernier, MR VALLS n'était pas encore Ministre par contre on avai Lire la suite

Répondre
 
12.09.2014 à 12h41

« Evident, personne n'ignore ce fait que la généralisation du frottis est prioritaire, moins cher, sans risque pour diminuer la mortalité par cancer du col. Tellement évident que cela pose question du Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 09h17

« Vous écrivez

""En outre, une immunité de groupe serait induite par la vaccination"".

Pourrait on avoir des précisions sur cette immunité de groupe?

Dans le cas où il y aurait immunité de gr Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 08h49

« Adapter le calendrir du HPV au rappel des 11 ans ou à 16 ans serait assez judicieux, les mamans ont un peu de peine dès 9 ans à considérer leur fille comme une femme et envisager une telle vaccinati Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 16h39

« Et les "garçons, tu y as pensé aux garçons qui vont bientôt se faire piquer eux aussi", c'est ça la "parité" de Belkacem ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La généralisation du tiers payant « irréaliste » fin novembre, explique l'IGAS

tiers payant

Très attendu, le rapport de l'IGAS sur l'évaluation de la généralisation du tiers payant a été mis en ligne ce lundi matin. La mission a... 2

Valproate et grossesse : un bilan de l'ANSM révèle un respect des règles de prescription et de délivrance « très insuffisant »

ANSM

Conformément à l'objectif fixé de faire baisser l’exposition des femmes aux médicaments pendant la grossesse, l'Agence nationale de... Commenter

Grippe : 27 000 personnes âgées déjà vaccinées en pharmacie

grippe

Quelque 27 000 personnes âgées de plus de 65 ans ont été à ce jour vaccinées contre la grippe dans les pharmacies participant à cette... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter