Le séquençage du virus Ebola raconte l’histoire de l’épidémie

Le séquençage du virus Ebola raconte l’histoire de l’épidémie

29.08.2014
  • 1409327603540069_IMG_134779_HR.jpg

Dans le but de comprendre l’épidémie actuelle, la plus meurtrière et la première touchant les zones urbaines, des chercheurs des National Institutes of Health (NIH) ont séquencé à l’aide d’une technologie très avancée le génome de 99 virus Ebola provenant de 78 malades de Sierra Leone contaminés le premier mois de l’épidémie. Les éléments de réponse concernant l’origine et la dynamique du virus ont été publiés dans « Science ». L’équipe dirigée par le Dr Pardis Sabeti, du Broad Institute de Cambridge, qui a mis de côté ses travaux habituels sur la fièvre Lassa pour se concentrer sur l’urgence d’Ebola, suggère qu’il n’y aurait eu qu’un passage de l’animal à l’homme, avec un réservoir initial animal unique, contrairement aux multiples passages de l’animal à l’homme par le passé. Les transmissions suivantes seraient exclusivement interhumaines.

Plus de 300 modifications génétiques

La souche retrouvée en Afrique de l’Ouest se serait séparée d’une souche très proche d’Afrique centrale dès 2004, mettant en lumière un mouvement du centre vers l’ouest de l’Afrique au cours de la dernière décennie. Comme le suggère fortement une enquête en Sierra Leone, l’épidémie dans le pays proviendrait de l’introduction de deux virus génétiquement distincts venus de Guinée en même temps. Tous les sujets infectés sont censés avoir assisté au même enterrement d’un cas atteint en Guinée. Curieusement, d’après les analyses, le scénario le plus vraisemblable est celui selon lequel les participants ont été infectés dès le départ par deux virus différents, peut-être au moment des funérailles, plutôt que celui selon lequel il s’agit du même virus s’étant modifié.

Plus de 300 modifications génétiques ont été identifiées par rapport aux virus précédents. Les variations étaient fréquemment situées dans des régions codant pour des protéines. Les amorces, ces points de départ pour la synthèse d’ADN, pourraient être concernées. De nombreuses mutations sont survenues lors de la diffusion de l’épidémie, certaines dites « non synonymes ». Elles pourraient permettre au virus de s’adapter aux défenses immunitaires humaines et ainsi continuer à infecter. Ces éléments font penser qu’une surveillance génomique rapprochée du virus est nécessaire, en particulier pour évaluer les cibles vaccinales. Pour le moment, comme les auteurs l’indiquent, les données « ne permettent pas de déterminer si ces différences sont en lien avec la gravité de l’épidémie ».

« Science », publié le 28 août 2014

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter