Lancement d’un essai vaccinal de phase I contre Ebola : entre urgence et précipitation

Lancement d’un essai vaccinal de phase I contre Ebola : entre urgence et précipitation

28.08.2014
  • 1409243277539805_IMG_134698_HR.jpg

Les NIH (National Institutes of Health) et un consortium britannique viennent d’annoncer l’accélération d’un essai de vaccination contre Ebola chez des volontaires sains, Britanniques, Gambiens et Maliens dès le début du mois de septembre.

Ce premier essai de phase I doit tester le vaccin codéveloppé par le NIH et le géant américain GSK, sous licence chez NewLinkGenetics Corp. Il s’agit bien d’un vaccin préventif (non d’un sérum thérapeutique) administré à des personnes non infectées afin de déterminer son innocuité et sa capacité à induire une réponse immune adéquate.

2, 8 millions de livres britanniques

« Nous avons un besoin urgent de protection contre le virus Ebola, a déclaré Anthony S. Faucy, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, une des branches des NIH. Une dotation de 2,8 de millions de livres (3,5 millions d’euros) provenant du Wellcome Trust, du Medical Research Council ( MRC) et du département britannique pour le développement international (DFID) devrait permettre de commencer ce premier essai vaccinal dans quelques semaines après le feu vert des comités d’éthique. Les essais se feront sous la direction du Pr Adrian Hill de l’université d’Oxford, ils concerneront d’abord 60 Britanniques, 40 Gambiens et 40 Maliens.

Le consortium britannique demande d’ores et déjà à GSK de disposer d’au moins 10 000 doses supplémentaires afin de mener un vrai programme vaccinal dans les pays concernés si ces premiers essais s’avèrent concluants. Le candidat-vaccin contre Ebola développé par NIAID/GSK est une souche atténuée, un adénovirus du chimpanzé type 3 (ChAd3), servant de vecteur pour livrer un matériel génétique bénin du virus Ebola-Zaïre (ZEBOV). Le vaccin bivalent protège contre les souches Zaïre et Soudan.

Tous les représentants du consortium se sont félicités de la vitesse et de l’énergie avec lesquelles ce partenariat public-privé s’est mis en place pour accélérer cet essai.

Dr Anne Teyssédou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
29.08.2014 à 14h10

« Si seulement ce fameux partenariat si efficace pouvait servir d'exemple chez nous... »

Répondre
 
29.08.2014 à 11h24

« Je suis déçu, il n'y a pas de Français en essai ! »

Répondre
 
28.08.2014 à 19h51

« BRAVO »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter