News - Adieu veaux, vaches, cochons...

NewsAdieu veaux, vaches, cochons...

01.07.2014

Quand la Pologne a fait, en 2004, son entrée dans l’Union européenne avec toutes ses réglementations agricoles et sanitaires, peut-être n’avait-elle pas imaginé qu’il y aurait à payer en contrepartie une explosion de l’atopie dans les campagnes.

  • cap-allergies-art5

    Adieu veaux, vaches, cochons...

La Pologne avait eu la bonne idée de faire en 2003 une étude qui avait montré une nette différence de la prévalence de l’atopie entre habitants en milieu rural (villages) et habitants en milieu citadin (petites villes) dans le sud-ouest du pays. Une bonne idée car cela a servi de point de comparaison pour une nouvelle étude conduite en 2012 sur le même sujet, dans les mêmes zones. Avec, entre les deux, l’entrée en 2004 de la Pologne dans l’Europe… et donc l’entrée en Pologne de toute une règlementation agricole et sanitaire.
 
En 2012, donc, l’équipe de Barbara Sozanska a lancé la nouvelle étude qui avait clairement pour but de voir si l’entrée dans l’Europe s’était accompagnée d’un accroissement de l’atopie, de l’asthme et de la pollinose dans les villages.
Les chercheurs ont suivi 1 730 habitants de plus de 5 ans, parmi lesquels 560 villageois et 348 citadins ayant participé à l’étude de 2003.
Ces personnes devaient répondre à un questionnaire sur leur « exposition liée aux activités de la ferme » ; l’atopie était évaluée par des prick tests.
 
Résultats :
– en 2012, beaucoup moins de villageois étaient en contact avec des vaches (4 % versus 24,3 % en 2003), les porcs (14 % versus 33,5 %), le lait de vache (2,7 % versus 12,7 %) ou avaient bu du lait non pasteurisé (9 % versus 35 %) ;
– parmi les villageois, dans toutes les tranches d’âge, on a constaté entre 2003 et 2012 une augmentation significative de la prévalence de l’atopie, à la fois dans la population totale (7,3 % versus 19,6 % ; p < 0,0001) et parmi les sujets qui avaient déjà participé à l’étude de 2003 (7,9 % versus 17,8 % ; p < 0,0001) ;
– parmi les citadins, la prévalence de l’atopie ne s’est pas modifiée de façon significative entre 2003 et 2012 ;
– la prévalence du rhume des foins a été multipliée par deux dans les villages, mais pas dans les villes ;
– en revanche, il n’y a pas eu de réelle modification de la prévalence de l’asthme, que ce soit dans les villages ou dans les villes.
 
« Nous rapportons une augmentation substantielle de l’atopie à tous les âges dans un laps de temps remarquablement court dans une population polonaise dont l ’exposition liée aux activités de la ferme a été réduite de façon spectaculaire après l’entrée dans l’Union européenne », concluent les auteurs.
 
Dr Emmanuel de Viel
 
 
Sozanska B et coll. J Allergy Clin Immunol 2014 ; 133 : 1347-53. 
Voir le site www.allergique.org
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter