Les bases de la diversification alimentaire

Les bases de la diversification alimentaire

03.06.2014

Le principal objectif de la diversification alimentaire est l’induction de la tolérance par l’introduction de nouveaux allergènes.

  • diversification alimentaire
Ses modalités ont évolué avec les années et elle est aujourd’hui commencée chez tous les nourrissons, avec ou sans antécédents allergiques, entre 4 et 6 mois. 

 

La diversification alimentaire est définie comme l’introduction d’aliments autres que le lait dans l’alimentation du nourrisson. « Son principal intérêt est l’introduction de nouveaux allergènes et donc l’induction de la tolérance », insiste le Pr Patrick Tounian. Elle permet également de développer le goût par la découverte de nouvelles saveurs et textures.

 

Entre 4 et 6 mois

La réalisation pratique de la diversification est simple. Elle est débutée chez tous les nourrissons entre 4 et 6 mois, que ces derniers aient ou non des antécédents d’allergie et qu’ils soient nourris avec une préparation ou avec le lait maternel. 

« Il est désormais universellement recommandé de ne différer l’introduction d’aucun aliment, y compris des plus allergisants comme l’œuf, le poisson, les fruits exotiques ou encore les fruits à coques », souligne le Pr Tounian.
La précocité de l’introduction des allergènes et l’augmentation progressive des quantités ingérées par le nourrisson favoriseraient l’acquisition de la tolérance alimentaire.
Idéalement, il faut commencer par de petites quantités, proposer des aliments (et donc des allergènes) variés et augmenter progressivement les portions. 
Chez le bébé nourri avec une préparation pour nourrisson, il est assez facile d’ajouter une à deux cuillerées de purée de légumes ou de fruits dans le biberon. En cas d’allaitement maternel, l’introduction de petites doses de purée de fruits et légumes est faite directement à la cuillère. 
Il est préconisé de ne pas mélanger plusieurs aliments s’ils sont potentiellement allergisants : pas de poisson et d’œuf en même temps, par exemple. 
Les quantités sont augmentées progressivement, ce qui permet au nourrisson de prendre tout un repas à la cuillère, en général celui de la mi-journée, vers l’âge de 5-6 mois. Ensuite, il s’agit d’un élargissement progressif, en veillant impérativement à conserver un apport minimal quotidien de 500 mL de lait jusqu’à l’âge de 12 mois, quantité indispensable pour assurer les besoins nutritionnels. 
 
L’éventail gustatif
Les travaux sur l’éducation du goût suggèrent que plus le nourrisson est confronté à des nouvelles saveurs tôt dans la vie, plus il appréciera une plus large palette d’aliments plus tard. « Ces études présentent de nombreux biais, notamment parce qu’elles se fondent sur des enquêtes menées auprès des parents et ne constituent donc pas une preuve formelle de l’impact de cette approche », souligne le Pr Tounian qui estime toutefois que diversifier les aliments peut probablement élargir l’éventail gustatif. « Mais si un nourrisson n’apprécie pas un aliment, il ne faut pas tomber dans une attitude excessive en le lui représentant de multiples fois jusqu’à ce qu’il l’accepte : certes, il finira souvent par le consommer après dix ou vingt présentations, mais quel en est l’intérêt ? »  
 
Gluten : entre 4 et 7 mois
L’introduction du gluten est réalisée impérativement entre 4 et 7 mois chez tous les nourrissons dans le cadre de la prévention de l’intolérance au gluten, « qui reste peu fréquente », rappelle le Pr Tounian. Elle se fait là aussi progressivement, avec des céréales pour nourrissons. Les céréales sans gluten n’ont que quelques indications chez des nourrissons de moins de 4 mois.
 
Dr Isabelle Hoppenot
D’après un entretien avec le Pr Patrick Tounian, chef du service de nutrition et gastro-entérologie pédiatriques, hôpital Armand-Trousseau, Paris
 
Lien d’intérêt du Pr Patrick Tounian : Blédina, Nestlé, Mead Johnson, Novalac, Carrefour
 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter