Prise de poids durant la grossesse : ni trop, ni trop peu

Prise de poids durant la grossesse : ni trop, ni trop peu

14.04.2014
  • 1397491202515224_IMG_127735_HR.jpg

Pendant la grossesse, la prise de poids maternelle doit être sans excès, ni trop élevée, ni trop faible, au risque que l’enfant à naître soit, quelques années plus tard, en surpoids ou obèse.

Entre 2007 et 2009,des cliniciens du Kaiser Permanente, un Institut de recherche situé dans le Nord de la Californie, ont réexaminé les dossiers électroniques de 4 145 femmes ayant accouché durant ces deux années, ainsi que les données anthromprométriques concernant leurs enfants âgés de 2 à 5 ans. Chez l’enfant, le surpoids/obésité était défini comme un indice de masse corporel supérieur au 85e percentile.

Résultats : Globalement, le taux d’enfant obèses était respectivement de 20,4 % et de 19,5 % chez les femmes qui avaient pris plus, ou moins de poids, que recommandé. Lorsque les femmes se situaient dans les limites fixées par les recommandations, le taux d’enfants en surpoids/obèses ultérieurement était de 14,5 %.

Les femmes dont l’indice de masse corporelle était normal avant la grossesse, qui ont pris moins de poids que prévu ont un risque de 63 % d’avoir un enfant en surpoids ou obèse, et celles qui ont pris plus de poids que prévu, un risque de 80 % .

« La prise de poids à cette période de la vie, dans un sens ou dans l’autre, peut entraver les mécanismes qui gèrent le métabolisme pour la descendance, comme l’appétit et la dépense énergétique, explique Sneha Sridar (Kaiser Permamente, Californie) et pourrait potentiellement avoir des effets au long cours sur le poids et la taille de l’enfant ».

Dans cette étude les auteurs se sont référés aux recommandations américaines en vigueur : chez les femmes obèses (IMC› 30 kg/m2), la prise de poids durant la grossesse doit être de 4,9 à 9 kg, de 6,8 à 11 kg pour les femmes en surpoids (IMC compris entre 25 et 29 kg/m2) et entre 12 à 18 kg chez les femmes dont l’IMC est inférieur à 18,5 kg/m2.

Maternal gestational weight gain and offspring risk for childhood overweight or obesity. American Journal Of Obstértrics & Gynecology. 14 avril 2014

Dr A. T.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
17.04.2014 à 08h27

« In medio stat virtus . Comme d'habitude »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter