Des composés potentiellement cancérogènes dans les cigarettes électroniques

Des composés potentiellement cancérogènes dans les cigarettes électroniques

26.08.2013
  • 1377530272449415_IMG_109493_HR.jpg

« Nos analyses le prouvent, les cigarettes électroniques sont loin d’être les gadgets inoffensifs qu’on nous présente. Ce n’est pas une raison pour les interdire. C’est une raison pour mieux les contrôler », déclare Thomas Laurenceau, rédacteur en chef du magazine de l’Institut national de la consommation (INC), « 60 Millions de consommateurs ». Dans son numéro du mois de septembre, la revue publie les résultats d’une étude au « protocole » inédit réalisé au centre d’essais de l’INC sur six marques (10 produits) de e-cigarettes.

« Jusqu’alors, les études menées sur les vapeurs de e-cigarettes n’avaient jamais mis en évidence de molécules cancérogènes », note la revue. L’INC affirme que si ces analyses ont pu révéler la présence de « substances potentiellement cancérogènes », c’est grâce à son « approche originale » qui ne s’est pas limitée à comparer les vapeurs de l’e-cigarette et celles de sa version conventionnelle mais qui a cherché à déterminer précisément la composition des « e-vapeurs ». Pour cela, l’INC n’a pas utilisé une machine à fumer mais « a élaboré une installation capable de simuler le fonctionnement d’une cigarette électronique et de recueillir l’ensemble des composés émis tout en limitant les possibilités de condensation de ces substances sur les parois des tubes de l’installation ».

Formaldéhyde, acroléine et acétaldéhyde

Résultats. Parmi les molécules détectées dans les vapeurs de certaines e-cigarettes, 3 sont « particulièrement préoccupantes », souligne l’INC. Le formaldéhyde (formol), polluant de l’air intérieur classé dans la liste des produits cancérogènes pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), est présent dans tous les produits testés, jetables ou rechargeables, contenant de la nicotine. Dans 3 cas sur 10, les teneurs « flirtent même avec celles observées dans certaines cigarettes conventionnelles », souligne la revue. L’acroléine, une molécule « très toxique par inhalation et par ingestion » est présente dans les vapeurs de 6 des 10 produits testés, avec ou sans nicotine, parfois à des teneurs dépassant celles émises par les cigarettes conventionnelles (cigarette E-roll). L’acétaldéhyde enfin, classé cancérogène possible pour l’homme par le CIRC, est également retrouvé, « à des teneurs parfois loin d’être négligeables ».

Les analyses montrent aussi la présence de métaux dont certains « potentiellement toxiques » comme dans le cas de cigarette Cigartex qui libère autant de nickel et de chrome qu’une vraie cigarette et dans la Cigway jetable qui libère plus d’antimoine.

Étiquetage trompeur

Par ailleurs, l’étude révèle que « les compositions des e-liquides affichées ne sont pas toujours fiables » avec parfois des écarts très importants, « jusqu’à 70 % (à la baisse dans tous les cas) », entre les teneurs en nicotine indiquées sur les emballages et certaines valeurs mesurées. Même chose pour certaines substances comme le propylène glycol qui parfois n’est même pas mentionné sur l’étiquette.

L’INC a alerté la Direction générale de la santé (DGS) et la Direction générale de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). « Les résultats de cette étude invitent, a minima, à un contrôle plus strict de ces produits », souligne la revue qui rappelle cependant les restrictions déjà prévues : interdiction de vente en pharmacie, interdiction de vente aux mineurs, interdiction du « vapotage » dans les lieux publics, interdiction de la publicité. Le gouvernement s’y est engagé.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
30.08.2013 à 22h02

« La vraie question est de savoir si ces cigarettes électroniques permettent de diminuer ou d'arrêter de fumer.
Les premières expériences de nos patients sont très positives.
Le problème est-il que l' Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 27.08.2013 à 08h47

« Encore de l'inexpérience et de la désinformation. Oui, comme il y a un manque à gagner de taxes, on stigmatise le meilleur moyen actuel pour cesser le tabac beaucoup plus cancérigène que la glycérin Lire la suite

Répondre
 
27.08.2013 à 08h14

« Ces méthodes de dosages "originales" ont-elles été validées, font elles l'objet d'une publication scientifique ou sont-elles simplement destinées à alimenter une rumeur relayée par tous les médias d Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter