Un outil pour détecter le risque suicidaire chez les personnes âgées à domicile

Un outil pour détecter le risque suicidaire chez les personnes âgées à domicile

19.07.2013
  • 1374230685448428_IMG_109227_HR.jpg

Pour tenter de prévenir le suicide des personnes âgées, le gouvernement va déployer un outil auprès des structures d’aide à domicile visant à détecter les premiers signes de dépression. Une convention le généralisant a été signée au ministère de la Santé et des Affaires sociales entre la Société française de gériatrie et de gérontologie et la plupart des fédérations d’aide à domicile.

Baptisé « Mobiqual », cet outil est une mallette contenant notamment une plaquette qui rappelle les définitions et la description clinique de la dépression. Elle doit permettre, espère le gouvernement, de détecter les signes de dépression et les risques suicidaires chez les personnes âgées. « On va donner les moyens aux intervenants à domicile, grâce à des clignotants simples, de comprendre les réactions des personnes âgées », se félicite Rémi Mangin, de l’UNA, un des réseaux de service à domicile signataire. « Par exemple, une fiche alerte sur le regard de la personne âgée : semble-t-il triste ? S’anime-t-il moins souvent que d’habitude ? », relève-t-il.

3 000 suicides en un an

Si des signes de dépression sont manifestes, les intervenants seront alors en mesure d’alerter les professionnels compétents. « La dépression se soigne tant chez les personnes âgées que chez les plus jeunes », assure la ministre en charge du sujet, Michèle Delaunay.

Selon les derniers chiffres disponibles, environ 3 000 suicides chez les plus de 65 ans ont été enregistrés en France en 2010, soit près du tiers des suicides. Les plus de 65 ans représentent environ 20 % de la population française. Mais ils représentent 30 % des suicides. Les plus de 85 ans seraient en outre 4 fois plus nombreux à se suicider que la moyenne de la population en général. Ces suicides sont le plus souvent le fait de personnes vivant seules chez elles : ils ont lieu à domicile dans 70 % des cas. À l’inverse, lorsqu’elles rentrent dans un établissement, le taux de suicide des personnes âgées chute significativement en raison d’une meilleure surveillance et prise en charge.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
19.07.2013 à 23h21

« Vive le lobbying exercé activement auprès des agences et des ministères par les sociétés conceptrices de ces fameux "outils", bientôt sur tablette numérique au frais de la sécu et des réseaux mutual Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 13

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 19

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter