Un an de P4P : du mieux pour le suivi des pathologies chroniques, des lacunes en prévention

Un an de P4P : du mieux pour le suivi des pathologies chroniques, des lacunes en prévention

11.04.2013
  • 1365692374424825_IMG_103018_HR.jpg

L’assurance-maladie a présenté ce jeudi matin, en commission paritaire nationale (CPN), un bilan satisfaisant de la première année du dispositif de rémunération à la performance (P4P). Les médecins libéraux se sont mobilisés en 2012 en faveur de la qualité des soins en réalisant leurs objectifs à hauteur de 50 % pour 2012, en moyenne.

Grâce au P4P, les 46 358 généralistes qui ont une patientèle de plus de 200 patients les ayant choisis comme médecin traitant, ont bénéficié d’une prime annuelle dont le montant moyen atteint 5 365 euros pour 2012. Soit une hausse de 3% en moyenne de leurs honoraires, indique la CNAM. Les médecins spécialistes ont pour leur part majoritairement bénéficié de la rémunération relative à l’organisation et l’information du cabinet (1 750 euros).

Trois quarts des généralistes ont justifié la tenue d’un dossier informatisé

« L’analyse par grandes familles d’indicateurs révèle une progression significative de la modernisation du cabinet, explique la CNAM. L’informatisation est devenue un outil à part entière pour le suivi des patients chroniques. » Quelque 80 % des médecins omnipraticiens sont éligibles sur ce volet (73 % de l’ensemble des médecins).

Par ailleurs, 73 % des généralistes ont justifié la tenue d’un dossier médical informatisé et 72 % des omnipraticiens ont élaboré un volet médical de synthèse. Deux généralistes sur trois se sont équipés pour télétransmettre et ont utilisé les téléservices. Et la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) a permis le développement des logiciels d’aides à la prescription médicalisée, utilisés par 64 % des omnipraticiens (48 % pour l’ensemble des spécialités).

Un meilleur suivi des diabétiques

Des progrès relatifs au regard des objectifs cibles sont observés sur le suivi des pathologies chroniques. Hormis le suivi ophtalmique resté stable, tous les indicateurs sont à la hausse, se réjouit la CNAM. L’amélioration est notable pour l’hémoglobine glyquée (de 40% avant le CAPI en mars 2009 à 46% fin 2011 puis 49% fin 2012). « Environ 300 000 personnes diabétiques supplémentaires ont bénéficié des dosages d’hémoglobine glyquée recommandée dans l’année », explique l’assurance-maladie.

Les progrès sont également significatifs dans la couverture des facteurs de risque cardio-vasculaires par les statines (taux d’atteinte de 53 % avant le CAPI en 2009 puis à 58 % fin 2011 et 60 % fin 2012).

La prescription efficiente, pas la prévention

Le P4P a renforcé l’efficience de la prescription en ce qui concerne notamment l’aspirine à faible dosage pour les patients traités par anti-agrégants plaquettaires. La prescription dans le répertoire a été soutenue pour les statines, IPP et antihypertenseurs. « L’ensemble des résultats en progression obtenus sur ce segment des génériques doit être considéré comme un point de départ », analyse l’assurance-maladie.

La CNAM présente en revanche un bilan négatif de l’impact du système de rémunération sur objectifs en matière de prévention. Le dépistage des cancers du sein et du col ou encore la vaccination contre la grippe saisonnière a été un relatif échec et mérite de nouveaux efforts. Dossier complet dans le journal de lundi 15 avril.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Raphaël L Médecin ou Interne 12.04.2013 à 16h03

« Le contraire eût été étonnant : à chaque "réforme" l'UNCAM annonce une réussite totale et sans précédent... Mais il est médicalement impossible qu'un diabète instable ou une hypertension mal équilib Lire la suite

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 12.04.2013 à 09h36

« Enfin un complément de revenus qui reconnaît le medecin installé par rapport aux remplaçants, on est sur la bonne voie pour redonner de l'intérêt à l'installation, pour la premiere année, je bénéfic Lire la suite

Répondre
 
Bruno G Médecin ou Interne 11.04.2013 à 20h32

« Qu'est-ce que c'est que ce schmilblic ?
On parle de prévention ou de dépistage ???
Je veux bien que l'on me guide dans ce que j'ai à faire, mais que cela vienne de mes pairs et de mes maîtres, et pa Lire la suite

Répondre
 
BRANKO G Médecin ou Interne 11.04.2013 à 19h27

« Les MG ne gèrent plus la vaccination antigrippe, ce sont la sécu et les pharmaciens et les infirmières et merci à Bachelot d'avoir plombé la confiance. »

Répondre
 
11.04.2013 à 19h10

« Si je comprends bien, la moyenne est de 5365€ qui représenteraient 3% des recettes, soit 180000€ de recettes annuelles ??? Vous n'avez pas l'impression de surestimer les revenus ? On est à 30% au-de Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter