Suicide : la raréfaction des structures d’accueil est préoccupante

Suicide : la raréfaction des structures d’accueil est préoccupante

12.02.2013
  • 1360677412409697_IMG_98955_HR.jpg

Le suicide avec presque 11 000 décès chaque année et 220 000 tentatives demeure un problème de santé publique en France. Ce n’est toutefois pas une fatalité, souligne le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui appelle à « amplifier » la prévention, dans un projet d’avis débattu aujourd’hui en séance plénière.

Des moyens humains

Ce projet d’avis, intitulé « Le suicide : plaidoyer pour une prévention active », propose notamment de créer un observatoire national des suicides, une structure légère, afin de contribuer à un meilleur ciblage des actions de prévention. En un quart de siècle, le nombre de morts par suicide a baissé de 20 % en France, et de 50 % chez les adolescents, relève le CESE. Néanmoins, le taux de décès par suicide en France, de 14,7 pour 100 000 habitants en 2010, reste élevé au regard de la moyenne européenne (10,2 pour 100 000 habitants). Pour le rapporteur du projet d’avis, Didier Bernus, « il est nécessaire d’attribuer des moyens humains et financiers permettant la mise en œuvre effective des politiques de prévention ».

Le CESE s’inquiète d’ailleurs de « la raréfaction préoccupante des structures d’accueil et de prévention du suicide qui sont passées, à titre d’exemple en Île-de-France, d’une dizaine il y a quelques années à quatre aujourd’hui ». Il préconise également d’articuler plus étroitement le Programme national d’actions contre le suicide et le Plan psychiatrie et santé mentale, de promouvoir les dispositifs d’alerte pour prévenir le passage à l’acte. Il recommande de s’assurer d’un accès aux professionnels avant et après la crise suicidaire et de favoriser le travail en réseau entre professionnels de santé et associations.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
17.02.2013 à 15h22

« Et si on commençait par admettre que la majorité des suicides -y compris à l'adolescence- ne sont pas le fait de personnes souffrant de maladie dépressive et que l'alcoolisation aiguë est un facteur Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter