Risque pour le nouveau-né : l’âge du père compte aussi

Risque pour le nouveau-né : l’âge du père compte aussi

23.08.2012
  • 1345731231366690_IMG_88184_HR.jpg

    Risque pour le nouveau-né : l’âge du père compte aussi

Père à n’importe quel âge ? Le risque pour l’enfant d’être atteint de trisomie en cas de maternité tardive est bien connu. Une étude publiée dans la revue « Nature » montre que la paternité tardive pourrait être, elle aussi, liée à un risque pour l’enfant d’autisme ou de schizophrénie. « Nous avons été surpris de découvrir que l’âge du père était extrêmement important », souligne un des auteurs, Kari Stefansson. Plus les hommes sont âgés au moment de la procréation plus le nombre de mutations génétiques spontanées transmises à leur progéniture est élevé. De telles mutations qui n’existent ni dans le génome de la mère ni dans celui du père surviennent au cours de la formation des gamètes. Le fait qu’elles soient plus nombreuses chez l’homme et donc transmises plus fréquemment par les pères s’explique par le fait que la femme possède déjà à la naissance un stock défini d’ovules tandis que les spermatozoïdes sont constamment produits à partir de cellules souches avec un risque d’apparition de mutations à chaque division cellulaire.

Deux fois plus à 40 ans qu’à 20 ans

L’étude de K. Stefansson et coll., réalisée à partir de l’étude du génome de 78 familles islandaises (le père, la mère et l’enfant), confirme, pour la première fois, que ces mutations spontanées proviennent plus souvent du père (4 fois plus que la mère) et qu’elles sont plus nombreuses à mesure que l’âge de la paternité augmente. Pour chaque année supplémentaire du père à la naissance, environ deux mutations spontanées de plus sont observées chez l’enfant. Un homme de 36 ans en transmettra deux fois plus qu’un jeune de 20 ans. Si la plupart de ces mutations sont bénignes – elles sont même nécessaires à l’évolution de l’espèce –, certaines ont été impliquées par différentes études dans la survenue de pathologies, notamment de l’autisme. De même, des études épidémiologiques avaient déjà établi un lien entre l’âge du père à la conception et le risque d’autisme chez l’enfant.

Selon le Pr Stanislas Lyonnet (Université Paris-Descartes), spécialiste de génétique interrogé par l’AFP, l’étude islandaise « rapproche tous les faits connus jusqu’à présent et les mesure de façon fiable ». Et de conclure : « Contrairement à ce que pense le grand public, l’augmentation de l’âge à la procréation n’est pas un risque moindre pour les hommes que pour les femmes. »

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter