Un peptide antagoniste de gastrine réduit le tissu prostatique

Nouvelle perspective dans l’HBP  Abonné

Publié le 07/02/2013

LE PEPTIDE de libération de la gastrine (GRP), à côté de son action sur la sphère gastro-intestinale, favorise la contraction des muscles lisses au niveau de la prostate et d’autres organes. L’équipe de A. V. Schally a démontré, dans des travaux antérieurs, l’effet anti-tumoral, en particulier dans le cancer de la prostate des antagonistes puissants du GRP. Ces molécules pourraient-elles avoir également des applications dans l’hypertrophie bénigne de la prostate ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte