La lithotritie extracorporelle, plus discrète mais toujours présente  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 17/05/2018

Même si le nombre de lithotrities extracorporelles a été considérablement réduit du fait de l’urétéroendoscopie flexible, cela reste une excellente technique. La difficulté tient au fait qu’on délivre au maximum 3 000 ondes de choc sur le calcul sans contrôle visuel. L’intérêt, c’est qu’elle est facile à mettre en œuvre, se pratique en ambulatoire, et qu’on peut refaire une deuxième séance. Certains critères laissent penser que les résultats seront moins bons lorsque le calcul est relativement important, qu’il est dense et de localisation calicielle inférieure.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte