Dans l’insuffisance rénale chronique

La carbamylation de l’albumine sérique accroît la mortalité  Abonné

Publié le 11/03/2013
1362968060416077_IMG_100669_HR.jpg

1362968060416077_IMG_100669_HR.jpg
Crédit photo : S Toubon

DE NOTRE CORRESPONDANTE

POUR DES RAISONS qui restent obscures, les patients atteints de maladie rénale chronique ont un risque élevé de mourir de causes cardiovasculaires, et les patients en insuffisance rénale terminale (IRT) encourent une mortalité annuelle de 15 à 20 % largement attribuée à la maladie cardiovasculaire. Les efforts visant à modifier l’hypercholestérolémie n’ont rien changé, suggérant l’implication d’autres mécanismes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte