Cancer de la prostate résistant à la castration

Hormonothérapie et chimiothérapie toujours d’actualité  Abonné

Par
Publié le 17/05/2018

Avec le vieillissement de la population (en 1990, 18 % de la population avait plus de 60 ans, en 2020 ce sera 25 %) et en l’absence de politique de dépistage de masse du cancer de la prostate, nous allons voir évoluer l’épidémiologie de cette pathologie. En particulier, il est probable que nous ayons à prendre en charge plus de patients âgés avec des formes plus avancées. L’hormonothérapie reste souvent la première ligne de traitement de ces formes avancées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte